Laurent de «Koh-Lanta» menacé de décapitation: «Tu sais ce qu’on fait aux profs d’histoire?»

Laurent, candidat de «
Koh-Lanta
: les 4 Terres
».
Laurent, candidat de « Koh-Lanta : les 4 Terres ». - Capture d’écran Youtube

Participer à une émission comme « Koh-Lanta » expose les candidats à une notoriété qui n’est pas toujours facile à gérer. Et il y a trois jours, c’est un des candidats originaires de l’Est de la France, Laurent, qui en a fait les frais. Le professeur d’histoire de 49 ans a raconté au Parisien ce qu’il s’était passé, le lundi 2 novembre dans la soirée. « Je m’apprêtais à faire une vidéo sur YouTube pour rendre hommage à Samuel Paty, quand une personne m’a contacté sur Instagram. Le message était tout de suite menaçant : ‘Salut grosse m…, tu ne réponds pas, tu sais ce qu’on fait aux profs ?’ », a expliqué Laurent. Dans ses menaces, l’agresseur faisait référence à Samuel Paty, ce professeur français décapité devant son école après avoir montré des caricatures de Mahomet à ses élèves.

Après cette première vague de menaces, l’individu a supprimé son compte Instagram, mais Laurent l’a retrouvé sur Facebook. Et là, l’interlocuteur du candidat de « Koh-Lanta : les 4 Terres » s’est montré encore plus virulent dans ses propos : « Je vais te décapiter, c’est un truc de prof d’histoire ». Il a également menacé Laurent de s’en prendre à sa fille.

Le professeur d’histoire s’est alors rendu à la police pour déposer plainte, le lendemain des faits, l’individu ayant proféré les menaces, âgé de 30 ans, a été retrouvé et arrêté. Il a de suite été placé en garde à vue.

Assez rapidement, ce suspect a reconnu les faits, qu’il regrette. Il s’en est visiblement pris à Laurent car il ne supportait pas sa stratégie dans « Koh-Lanta », d’après ses explications aux policiers, comme le rapporte Le Parisien. La garde à vue de l’agresseur a été prolongée, et une aide psychologique a été proposée à Laurent par la production de « Koh-Lanta ».

 
  • Le prince Laurent bientôt indemnisé

    L’obstination de Laurent devrait finir par payer. Le Prince est dans son droit. C’est au monde politique de suivre.

    Reconnu dans ses droits à cinq reprises par la justice dans son procès contre la Libye, le frère du Roi se bat depuis 2014 pour récupérer les 48 millions d’euros dus. Le dossier doit se débloquer ce vendredi 22.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern