Jim Carrey incarne Biden pour se moquer de la défaite de Trump (vidéo)

Jim Carrey incarne Biden pour se moquer de la défaite de Trump (vidéo)
Capture d’écran Twitter

Le programme « Saturday Night Live » a tourné une page de son histoire hier, tout comme le reste des Etats-Unis. La défaite de Donald Trump aux élections sonne un changement radical dans la célèbre émission humoristique qui va devoir remplacer son personnage principal. Ce ne sera plus Alec Baldwin qui sera à l’avant-plan pour incarner l’homme d’affaires et il va falloir désormais quelqu’un d’autre pour incarner Joe Biden. Ce samedi soir, quelques heures après la victoire de ce dernier, c’est Jim Carrey qui s’est chargé de ce rôle, en imaginant un premier discours présidentiel qui s’épargne pas le président sortant.

Un gagnant… et un perdant

Aux côtés de Maya Rudolph qui incarne la future vice-présidente Kamala Harris, Jim Carrey arrive donc devant un pupitre sous les acclamations. Grâce à son physique extrêmement malléable, l’acteur convainc l’assemblée, et ce surtout lorsqu’il se moque de Donald Trump. « Il y a des situations dans la vie, et c’est le cas ici, où il doit y avoir un gagnant et… un perdant », dit-il en appuyant longuement sur ce dernier mot, ce qui a le don de plaire grandement au public de NBC. En redisant à nouveau « perdant » en insistant encore plus, voire de manière enfantine, les spectateurs sont encore plus conquis, et ils ne sont pas les seuls. Ce passage a déjà été vu deux millions de fois sur Twitter en six heures.

Pour le reste, Jim Carrey montre un Joe Biden très fier de sa victoire, sans pour autant oublier de faire quelques blagues sur le démocrate. « Je ne me suis jamais senti aussi vivant, ce qui est ironique parce que je ne suis plus si vivant que cela », dit-il en référence à l’âge avancé de Joe Biden, 77 ans.

Alec Baldwin a quant à lui incarné Donald Trump pour une des dernières fois. Il le montre ainsi tentant de prouver qu’il est le grand gagnant avec une carte des Etats-Unis toute rouge, sauf que cela ne représente pas la « vague rouge » qu’il revendique mais la répartition des cas de Covid-19. « Je n'arrive pas à croire que je sois si heureux de perdre un rôle », a ajouté Alec Baldwin sur Twitter, pendant que sa femme se dit « heureuse » que son mari « perde son job ce soir ».

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • Opération Shoe-Box: du bonheur en boîte

    1-22278647_10155990153115934_2035067948_n-1

    À travers cette initiative solidaire, l’association Les Samaritains appelle à la générosité des Belges pour gâter, à leur manière, les personnes sans abri ou défavorisées.

  • Son père l’abandonne à six ans. Audrey Hepburn en restera angoissée pour la vie, cherchant l’affection auprès d’autres hommes. Une blessure qui ne se refermera jamais.

    Audrey Hepburn: une vie d’épreuves

    Derrière l’image glamour, tout en élégance et en charme, l’actrice soignait ses blessures. Un documentaire britannique de la réalisatrice Helena Coan révèle la part de souffrances et d’échecs personnels de la star.

  • Belgaimage

    Les chercheurs de pharaons (12)

    Dans un livre passionnant qui vient d’être réédité, Michel Duino retrace notamment la découverte du tombeau de Ramsès II. Un roman vrai qui se lit comme un polar. Nous publions cette partie de l’ouvrage sous forme de feuilleton.

  • BelgaImage

    Classement des hôpitaux: comment bien choisir?

    En l’absence de classement officiel, il n’est guère facile de choisir l’établissement où se faire soigner. Quelques conseils pour orienter sa décision. Un dossier réalisé par Joëlle Smets et Myriam Bru.