A cause d’une erreur, la conférence de presse de Trump se fait devant un garage et non dans un hôtel de luxe

A cause d’une erreur, la conférence de presse de Trump se fait devant un garage et non dans un hôtel de luxe
BelgaImage

Hier, dans l’euphorie de la victoire des démocrates, les médias américains ont peu relayé un détail qui ne manque pourtant pas de piquant. Juste après que Joe Biden soit proclamé président élu, Donald Trump a nié en bloc sa défaite et riposté en convoquant une « grande conférence de presse » à Philadelphie, ville qui a fait basculer la Pennsylvanie dans le camp bleu. L’adresse a été communiquée comme d’habitude sur le compte Twitter de l’homme d’affaires : le « Four Seasons ». A ce moment-là, les journalistes s’attendent à se rendre dans le célèbre hôtel de luxe homonyme, en plein centre-ville. Sauf que ce n’est pas du tout ce qui s’est passé.

Un emplacement « surréaliste »

En un rien de temps, le groupe hôtelier a contredit l’organisation de l’événement, en précisant qu’il n’avait rien à voir avec une quelconque conférence de presse. Le président sortant a alors corrigé son annonce avec un « petit » détail supplémentaire. Le rendez-vous est bien pris au Four Seasons de Philadephie, mais pas dans le célèbre hôtel. Car il s’agit aussi du nom… d’une boutique d’aménagement paysagiste ! Le « Four Seasons Total Landscaping » pour être vraiment précis.

L’erreur est passée au second plan pour de nombreux médias qui se sont concentré sur la fraîche annonce de la victoire de Joe Biden. Cela n’est par contre pas passé inaperçu pour les journalistes présents sur place. « J'ai l'impression que nous ne nous sommes pas suffisamment concentrés sur le fait que quelqu'un dans la campagne de Trump avait l'intention de réserver l’hôtel Four Seasons mais a programmé accidentellement ce magasin et ils ont dû faire avec », note l’un d’eux. On peut en effet imaginer que malgré cette bourde, l’équipe de Trump a été prise de court et piégée par sa précipitation. Il fallait réagir vite à la victoire de Joe Biden et le « vrai » Four Seasons ayant nié l’organisation de l’événement, il a fallu se contenter de cela.

C’est donc devant une porte de garage, dans un parking austère et à côté d’un crématorium que s’est déroulé la prise de parole de Rudy Giuliani, l’avocat de Donald Trump. Le mur a été rapidement placardé d’affiches de campagne et une tribune installée dans ce décor qualifié de « surréaliste » par certains journalistes, surtout au vu de la fortune du président sortant qui possède pourtant plusieurs hôtels de luxe.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern