Une restauration ratée en Espagne transforme une statue en «tête de patate»

Une restauration ratée en Espagne transforme une statue en «tête de patate»
Capture d’écran Twitter

Elle trônait fièrement sur l’une des belles façades de la Calle Mayor de Palencia, en plein centre-ville. Maintenant, cette statue a un aspect… différent. Après une soi-disant « restauration », la sculpture est devenue méconnaissable. Un acte qui a choqué l’Espagne déjà touchée plusieurs fois par des polémiques du genre.

« Tête de patate » ou tête de Donald Trump ?

Si le personnage d’origine a plus ou moins été épargné au niveau du corps, la tête n’est plus du tout pareille. Elle était assez réaliste à la base, mais maintenant elle a plus l’allure d’une œuvre de Picasso. Cela pourrait être considéré comme une interprétation artistique, mais ce n’est pas vraiment le sentiment des habitants. Le quotidien espagnol ABC fait ainsi savoir que les retours négatifs « ne se sont pas faits attendre » lorsque les locaux ont été interrogés.

Sur les réseaux sociaux, les critiques pleuvent. Comme le note Ouest-France, un artiste a par exemple critiqué un travail pour le moins bâclé tout en étant rémunéré, en précisant que « le plus grand crime a été commis par la personne qui a commandé cette restauration et a ensuite fait comme si tout allait bien vis-à-vis de la statue ». La sculpture a depuis acquis plusieurs surnoms, comme « tête de patate ». Le Guardian estime quant à lui qu’il y a une certaine ressemblance avec Donald Trump.

Du côté de l’Association des Conservateurs Restaurateurs d’Espagne (ACRE), on dénonce « une intervention non-professionnelle », en ajoutant que cela ne peut même pas être qualifié de « restauration ». Il faut préciser qu’en Espagne, il n’y a aucune règle stricte sur qui peut ou pas restaurer le patrimoine, d’où plusieurs accidents connus comme avec l’Ecce Homo défiguré du peintre Elías García Martínez. Un état de fait déploré par les professionnels du secteur.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern