Coronavirus: l’astuce technologie utilisée par «Plus belle la vie» pour remplacer une actrice en quarantaine

France 3
France 3

Pour pallier l’absence d’une de ses actrices, cas contact Covid-19, le feuilleton de France 3 Plus belle la vie a eu recours au « deepfake », un trucage numérique consistant à remplacer un visage par un autre, a expliqué sa productrice le 16 novembre à l’AFP. Sans avoir elle-même contracté la maladie, l’actrice Malika Alaoui, qui interprète Mila au Mistral, avait dû s’éloigner provisoirement des plateaux le mois dernier après avoir été en contact avec une personne positive au coronavirus.

La production avait alors annoncé, dans un communiqué, sa décision, inédite, d’« engager une autre comédienne », Laura Farrugia, « pour reprendre temporairement son rôle » au « cœur des intrigues du moment » de cette série quotidienne réalisée à flux tendu. Mais Malika Alaoui sera maintenue à l’écran – du moins sa voix et son visage – dans trois épisodes qu’elle avait commencé à tourner, a indiqué la productrice, Géraldine Gendre, confirmant une information du JDD.

Quatre séquences ont ainsi été filmées avec Laura Farrugia, le visage de Malika Alaoui incrusté sur le sien selon la technique du « deepfake », « sorte de photomontage vidéo » caractéristique d’applications comme Reface (qui permet de greffer son visage à celui d’une star), explique à l’AFP la productrice de Plus belle la vie. D’après le Journal du dimanche, qui a visionné une scène en avant-première, « la différence est quasiment indétectable ». La production a fait appel au youtubeur français French Faker, déjà sollicité pour l’émission C’est Canteloup sur TF1.

Malika Alaoui de retour en décembre

Les épisodes concernés seront diffusés à partir du 17 novembre. Malika Alaoui ne reviendra à l’antenne que le 28 décembre, précise Mme Gendre. À partir du 26 novembre et jusqu’au 28 décembre, le personnage de Mila sera interprété par Laura Farrugia, sans « deep fake ». C’est donc une autre première pour cette série, puisque jusqu’à présent, aucun des multiples personnages n’avait changé d’interprète en cours de route.

En 16 ans d’existence, Plus belle la vie a déjà eu recours à des subterfuges face à l’absence ponctuelle de comédiens, comme remplacer « une copine » par une autre dans une conversation ou la transformer en coup de téléphone. Mais les séquences de Malika Alaoui « ne s’y prêtaient pas », a développé la productrice, comptant sur la « bienveillance » des téléspectateurs dans une période difficile.

Un bandeau les préviendra du remplacement temporaire de l’actrice, préférable à l’arrêt d’un programme représentant « 800 à 1 000 contrats d’intermittents chaque mois », insiste-t-elle. Les « deepfakes » se sont répandus depuis 2017 sur internet à travers des vidéos humoristiques ou pornographiques, suscitant de grandes inquiétudes quant à leur potentiel en matière de désinformation.

AFP

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • Il faut varier les teintes, les espèces, les hauteurs. Un kaléidoscope de couleurs et, surtout, de bonheur.

    Jardinage: un balcon-forêt

    Habitant en pleine ville, au milieu du bitume et des klaxons, qui n’a jamais rêvé de trouver, en poussant la porte de son appartement, un petit écrin de nature ? Fermez les yeux et imaginez…

  • Belgaimage

    Gérard Jugnot renverse les contes

    Le grand méchant loup est végan. Le Petit Poucet retrouve son chemin sur Google Maps. La Belle au Bois dormant est en réa.

  • BelgaImage

    Covid-19: «Nous pourrons fournir un milliard de doses»

    Notre pays participe aux recherches sur un vaccin anti-Covid grâce à Janssen Pharmaceutica, la division belge de l’américain Johnson&Johnson. Son responsable en chef balise le chemin qui reste à parcourir, avec de sérieux espoirs.