Le village autrichien de Fucking obligé de changer de nom pour échapper aux blagues anglaises

Le village autrichien de Fucking obligé de changer de nom pour échapper aux blagues anglaises
BelgaImage

En France, la petite ville de Montcuq est devenue célèbre grâce à son nom évocateur et les habitants semblent s’être faits à leur renommée. Mais pour le village autrichien de Fucking, situé près de Salzbourg, c’est beaucoup plus compliqué. Non pas que cela signifie quelque chose en allemand, mais en anglais, cela se traduit vulgairement par « baiser ». Evidemment, dans les îles britanniques, cela fait beaucoup rire. Mais à Fucking, la blague ne passe pas pour la maire, Andrea Holzner. Décidée à y mettre un terme, elle a donc décidé de changer le nom du village, purement et simplement.

De la « Fucking School » à la « Fucking Church » en passant par la « Mother Fucker »

Ce lundi, Andrea Holzner a donc pris les choses en main. « Le conseil municipal a décidé de rebaptiser Fucking en Fugging à compter du 1er janvier 2021 », est-il écrit dans un document officiel signé de sa main. La maire conservatrice a donc fini par accomplir ce que toutes les majorités politiques précédentes s’étaient refusé à faire, les habitants étant très divisés sur la question.

Cela clôt donc une longue saga puisque les anglophones y viennent maintenant depuis un bon bout de temps. Même la télévision norvégienne s’y est mise en faisant un reportage, en anglais bien sûr, sur Fucking. Le journaliste Nicolay Ramm enchaîne alors les blagues sur le nom du village, n’oubliant par exemple pas de mentionner l’église de Fucking, « catholique bien sûr » précise-t-il. Il y rencontre même la maire, manifestement assez à l’aise à l’époque avec ce reportage. Certains de ses concitoyens s’indignaient toutefois de voir des touristes se prendre en photo devant le panneau à l’entrée du village dans des positions pour le moins… explicites.

Paradoxalement, c’est lorsque l’afflux de visiteurs s’est tari avec la crise du coronavirus que Fucking a finalement décidé de devenir Fugging. A noter que ce nouveau nom est toujours utilisé en anglais comme un euphémisme pour « fucking », mais peut aussi désigner le participe présent du verbe « fug » qui désigne un endroit où l’air est vicié. Enfin, on peut dire que l’Autriche n’a pas de chance avec ses toponymes puisqu’une de ses petites stations de ski a été désertée au début de l’année à cause de son nom : Sankt Corona.

 
  • Quel avenir pour la monarchie britannique?

    Le prince William dépasse de 20% en popularité son père, le prince Charles. Montera-t-il pour autant sur le trône à sa place?

    Elizabeth II en deuil aura 95 ans ce 21 avril. Quel avenir pour la monarchie britannique ? Un sondage plébiscite William : il doit être le prochain sur le Trône d’Angleterre.

  • Anne-Françoise Rousseau, la cheffe de clinique (à droite), observe les paramètres vitaux d’un patient intubé. - Mathieu Golinvaux

    Le CHU de Liège réquisitionné dans la lutte Covid-19

    Au CHU de Liège, le Centre des brûlés s’est mué en unité de soins intensifs « classique » pour contrecarrer l’avancée du Covid-19.

  • Florence Aubenas est allée s’installer un an dans le village pour «comprendre» ce fait divers sanglant.

    Florence Aubenas explore une nouvelle enquête

    Florence Aubenas ausculte un assassinat sur lequel elle a enquêté pendant sept ans. Un fait divers qui entremêle la France dont on ne parle pas, une bonne dose de mystère et une gueule connue du cinéma.

  • Le Britannique a compris avant tout le monde qu’il pourrait s’enrichir grâce au cannabis thérapeuthique.

    Le cannabis, le nouvel or vert

    De plus en plus de pays autorisent le cannabis thérapeutique. Sur ce marché florissant, un Britannique s’impose. Entre excentricité agaçante et génie entrepreneurial, voici le (presque) milliardaire Maximilian White.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • William Leymergie publie son premier roman

    Aujourd’hui présentateur de «William à midi» sur C8, William Leymergie publie également sonpremier roman.

    Actuel journaliste-animateur de C8, William Leymergie, qui fut longtemps l’âme de « Télématin » (France 2), surprend en nous emmenant sur un terrain où on ne l’attendait pas. Un roman de caape, d’épée et d’amour.