Le village de Sankt Corona, victime du coronavirus

Le village de Sankt Corona, victime du coronavirus
Capture d’écran Youtube

Situé entre Vienne et Graz, ce village se fait bien discret au pied des montagnes autrichiennes. Il se retrouve pourtant aujourd’hui au centre de l’attention, et ce n’est pas à cause de sa petite station de ski ou pour un quelconque fait divers qu’aurait commis un de ses 400 habitants. En réalité, il ne se passe même rien là-bas, si ce n’est qu’il a le malheur de s’appeler « Sankt Corona ». Il n’en fallait pas plus pour que le lien soit fait avec le coronavirus qui est au cœur de l’actualité. Si l’histoire prête à sourire, des sites d’information autrichiens s’inquiètent que cette homonymie pourrait porter préjudice à l’écotourisme qui fait vivre le village.

Un hasard moyennement apprécié

Alors que l’Autriche a dépassé la barre des 6.000 cas de coronavirus ce 26 mars 2020, la presse prend Sankt Corona am Wechsel comme exemple des retombées négatives du confinement édicté par les autorités. « Au début, on s'amusait de voir apparaître un virus nommé comme le village, mais les blagues ont cessé depuis que l'épidémie est devenue très grave. Probablement devrons-nous trouver un nouveau nom pour la petite fourmi qui accueille les touristes » et qui porte le même nom, a expliqué à l’AFP Michael Gruber, maire de la commune.

Pour l’instant, il est vrai que la situation n’est pas des plus réjouissantes. Toutes les infrastructures touristiques de Sankt Corona sont à l’arrêt et la population se peut pas bénéficier des revenus qui en découlent d’habitude. Malgré tout, le maire ne se laisse pas abattre et pense que les visiteurs ne verront pas à l’avenir dans l’homonymie avec le virus un mauvais présage. « Quand la crise sera passée, les gens vont sans doute partir moins loin qu'avant pour passer plus de temps dans les lieux près de chez eux », se rassure le maire qui présage d’un retour en force du tourisme local. Il pourrait même espérer que cette nouvelle visibilité profite à ses 400 concitoyens.

Sankt Corona am Wechsel n’est d’ailleurs pas le seul village à partager cette caractéristique. On trouve par exemple celui de Sankt Corona am Schöpfl, toujours en Autriche. Leurs noms vient en réalité... d’une sainte : Sankt Corona. En français, elle est d’ailleurs parfois appelée « Sainte-Couronne ». Jusque-là, son nom était plutôt associé aux monnaies, dont elle est la sainte patronne, mais pas aux épidémies.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • 1-22278647_10155990153115934_2035067948_n-1

    Opération Shoe-Box: du bonheur en boîte

    À travers cette initiative solidaire, l’association Les Samaritains appelle à la générosité des Belges pour gâter, à leur manière, les personnes sans abri ou défavorisées.

  • Son père l’abandonne à six ans. Audrey Hepburn en restera angoissée pour la vie, cherchant l’affection auprès d’autres hommes. Une blessure qui ne se refermera jamais.

    Audrey Hepburn: une vie d’épreuves

    Derrière l’image glamour, tout en élégance et en charme, l’actrice soignait ses blessures. Un documentaire britannique de la réalisatrice Helena Coan révèle la part de souffrances et d’échecs personnels de la star.

  • Belgaimage

    Les chercheurs de pharaons (12)

    Dans un livre passionnant qui vient d’être réédité, Michel Duino retrace notamment la découverte du tombeau de Ramsès II. Un roman vrai qui se lit comme un polar. Nous publions cette partie de l’ouvrage sous forme de feuilleton.