La Corée du Sud crée une «loi BTS» pour sauver son groupe de K-Pop du service militaire

La Corée du Sud crée une «loi BTS» pour sauver son groupe de K-Pop du service militaire
BelgaImage

Le groupe de K-Pop BTS peut se prévaloir de nombreuses performances dans les charts. Mais maintenant, il peut aussi se vanter d’avoir fait changer la législation sud-coréenne. Ce mardi, le Parlement sud-coréen a en effet voté une nouvelle loi pour accorder au boys band un traitement de faveur inédit dans le pays : échapper, un temps, au service militaire. Il était temps que la Corée du Sud tranche sur cette affaire car ce 4 décembre arrivait une échéance capitale.

BTS a eu chaud !

En théorie, tout jeune Sud-Coréen physiquement apte doit avoir accompli son service militaire pour ses 28 ans. Et pas pour un petit moment puisque ce passage dans l’armée dure pas moins de 18 mois. Jusqu’ici, tous les citoyens du pays se devaient de se plier à cette règle implacable, que l’on soit une star internationale ou pas. Or ce vendredi, c’est l’anniversaire de Jin, l’aîné de BTS. Et il s’avère que demain, Jin aura… 28 ans. Donc en toute logique, ce 4 décembre aurait marqué la suspension à long terme de sa participation au groupe. De quoi laisser un vide irremplaçable.

Mais ce serait oublier que le succès de BTS ne laisse pas indifférent au pays du matin calme. Jamais un groupe de K-Pop n’a eu un tel écho en-dehors de la Corée du Sud, brisant à nouveau des records dans les charts américains ces derniers jours. Pour le Parlement sud-coréen, renoncer à cette poule aux œufs d’or au sommet de sa gloire à cause d’un service militaire, cela aurait été manifestement un peu dommage.

Grâce à cette nouvelle « loi BTS », les personnes décorées par le gouvernement pour leur contribution à l'exportation de la culture sud-coréenne auront donc un sursis de deux ans, distinction reçue par BTS en 2018. Jin peut donc être tranquille et continuer sa carrière musicale normalement jusqu’à ses 30 ans, tout comme ses camarades par ailleurs. Indirectement, d’autres stars pourraient profiter de la situation puisque la loi s’applique non seulement aux stars de K-Pop mais aussi aux athlètes par exemple.

 
  • Quel avenir pour la monarchie britannique?

    Le prince William dépasse de 20% en popularité son père, le prince Charles. Montera-t-il pour autant sur le trône à sa place?

    Elizabeth II en deuil aura 95 ans ce 21 avril. Quel avenir pour la monarchie britannique ? Un sondage plébiscite William : il doit être le prochain sur le Trône d’Angleterre.

  • Anne-Françoise Rousseau, la cheffe de clinique (à droite), observe les paramètres vitaux d’un patient intubé. - Mathieu Golinvaux

    Le CHU de Liège réquisitionné dans la lutte Covid-19

    Au CHU de Liège, le Centre des brûlés s’est mué en unité de soins intensifs « classique » pour contrecarrer l’avancée du Covid-19.

  • Florence Aubenas est allée s’installer un an dans le village pour «comprendre» ce fait divers sanglant.

    Florence Aubenas explore une nouvelle enquête

    Florence Aubenas ausculte un assassinat sur lequel elle a enquêté pendant sept ans. Un fait divers qui entremêle la France dont on ne parle pas, une bonne dose de mystère et une gueule connue du cinéma.

  • Le Britannique a compris avant tout le monde qu’il pourrait s’enrichir grâce au cannabis thérapeuthique.

    Le cannabis, le nouvel or vert

    De plus en plus de pays autorisent le cannabis thérapeutique. Sur ce marché florissant, un Britannique s’impose. Entre excentricité agaçante et génie entrepreneurial, voici le (presque) milliardaire Maximilian White.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • William Leymergie publie son premier roman

    Aujourd’hui présentateur de «William à midi» sur C8, William Leymergie publie également sonpremier roman.

    Actuel journaliste-animateur de C8, William Leymergie, qui fut longtemps l’âme de « Télématin » (France 2), surprend en nous emmenant sur un terrain où on ne l’attendait pas. Un roman de caape, d’épée et d’amour.