La Corée du Sud crée une «loi BTS» pour sauver son groupe de K-Pop du service militaire

La Corée du Sud crée une «loi BTS» pour sauver son groupe de K-Pop du service militaire
BelgaImage

Le groupe de K-Pop BTS peut se prévaloir de nombreuses performances dans les charts. Mais maintenant, il peut aussi se vanter d’avoir fait changer la législation sud-coréenne. Ce mardi, le Parlement sud-coréen a en effet voté une nouvelle loi pour accorder au boys band un traitement de faveur inédit dans le pays : échapper, un temps, au service militaire. Il était temps que la Corée du Sud tranche sur cette affaire car ce 4 décembre arrivait une échéance capitale.

BTS a eu chaud !

En théorie, tout jeune Sud-Coréen physiquement apte doit avoir accompli son service militaire pour ses 28 ans. Et pas pour un petit moment puisque ce passage dans l’armée dure pas moins de 18 mois. Jusqu’ici, tous les citoyens du pays se devaient de se plier à cette règle implacable, que l’on soit une star internationale ou pas. Or ce vendredi, c’est l’anniversaire de Jin, l’aîné de BTS. Et il s’avère que demain, Jin aura… 28 ans. Donc en toute logique, ce 4 décembre aurait marqué la suspension à long terme de sa participation au groupe. De quoi laisser un vide irremplaçable.

Mais ce serait oublier que le succès de BTS ne laisse pas indifférent au pays du matin calme. Jamais un groupe de K-Pop n’a eu un tel écho en-dehors de la Corée du Sud, brisant à nouveau des records dans les charts américains ces derniers jours. Pour le Parlement sud-coréen, renoncer à cette poule aux œufs d’or au sommet de sa gloire à cause d’un service militaire, cela aurait été manifestement un peu dommage.

Grâce à cette nouvelle « loi BTS », les personnes décorées par le gouvernement pour leur contribution à l'exportation de la culture sud-coréenne auront donc un sursis de deux ans, distinction reçue par BTS en 2018. Jin peut donc être tranquille et continuer sa carrière musicale normalement jusqu’à ses 30 ans, tout comme ses camarades par ailleurs. Indirectement, d’autres stars pourraient profiter de la situation puisque la loi s’applique non seulement aux stars de K-Pop mais aussi aux athlètes par exemple.

 
  • Abus sexuels: le grand déballage

    Belgaimage

    Les affaires se multiplient. Les masques tombent. La parole se libère, pouvant aussi ouvrir la porte aux mensonges et règlements de comptes. Une révolution !

Signé duBus
Signé Stéphane Bern