«Populiste», «beauf» et dernier JT sur TF1: Jean-Pierre Pernaut répond aux critiques (vidéo)

Capture d’écran - Twitter
Capture d’écran - Twitter

Jean-Pierre Pernaut commence sa dernière semaine à la tête du 13 heures de TF1. Ce vendredi 18 décembre, il rendra l’antenne après avoir marqué ce rendez-vous quotidien, pour les Français, pendant trente ans. En marge de ce passage de témoin pour Marie-Sophie Lacarrau, JPP a accordé un grand entretien à l’émission « Sept à Huit » qui était diffusée ce dimanche 13 décembre.

Pour ce rendez-vous, il a accepté d’aborder plusieurs sujets, à commencer bien sûr par l’arrêt de la présentation du JT et le dernier 13 heures qu’il présentera :

« Je l’appréhende énormément. Parce que j’ai peur, je suis émotif (…) Bien sûr que je suis déchiré, parce que cela n’est pas facile du tout de se dire d’arrêter, de décider soi-même un jour de dire : ‘Bon, c’est peut-être le moment d’arrêter, de ralentir, de changer de rythme’. Quelque part, j’aurais envie de continuer jusqu’à 150 ans, mais il faut arrêter parce que c’est idiot de vouloir s’accrocher ».

Réactionnaire, Jean-Pierre ?

Au fil des ans, Jean-Pierre Pernaut a marqué le JT de TF1 de son empreinte, volontairement axée sur des sujets régionaux. Quitte à s’attirer des critiques. Le journaliste français est régulièrement taxé de « beauf », de « populiste » ou encore de « réac’ », comme l’épingle Téléstar. Une image qu’il dit cultiver et qui ne semble pas le dérange outre mesure, comme il l’a confié à « Sept à Huit » :

« Si le populisme, c’est être proche des gens, je suis populiste. Si s’intéresser aux gens, c’est être populiste, je suis populiste. Moi, je m’adresse aux gens, donc la différence entre populaire et populiste, je ne sais pas ce que cela veut dire. Avec mépris on dit que c’est un journal populiste… Je suis proche des gens et fier de l’être ».

Pour ce qui est du côté « beauf » voire « réactionnaire », il réagit également : « Cela, c’est de la provoc’. Je suis un peu provocateur. Je cultive l’image du réac’ mais c’est le mec qui est attaché à des racines, à des cultures régionales, à des chants régionaux, à des langues régionales. À des choses qui, c’est vrai, n’attirent pas trop d’autres journalistes ». D’ailleurs, ce côté terroir, Jean-Pierre Pernaut va continuer à le cultiver : via la JPP TV mais aussi dans « Jean-Pierre et vous » sur LCI dès janvier.

 
  • Florence Aubenas explore une nouvelle enquête

    Florence Aubenas est allée s’installer un an dans le village pour «comprendre» ce fait divers sanglant.

    Florence Aubenas ausculte un assassinat sur lequel elle a enquêté pendant sept ans. Un fait divers qui entremêle la France dont on ne parle pas, une bonne dose de mystère et une gueule connue du cinéma.

  • Le Britannique a compris avant tout le monde qu’il pourrait s’enrichir grâce au cannabis thérapeuthique.

    Le cannabis, le nouvel ort vert

    De plus en plus de pays autorisent le cannabis thérapeutique. Sur ce marché florissant, un Britannique s’impose. Entre excentricité agaçante et génie entrepreneurial, voici le (presque) milliardaire Maximilian White.

  • Le prince William dépasse de 20% en popularité son père, le prince Charles. Montera-t-il pour autant sur le trône à sa place?

    Quel avenir pour la monarchie britannique?

    Elizabeth II en deuil aura 95 ans ce 21 avril. Quel avenir pour la monarchie britannique ? Un sondage plébiscite William : il doit être le prochain sur le Trône d’Angleterre.

  • Anne-Françoise Rousseau, la cheffe de clinique (à droite), observe les paramètres vitaux d’un patient intubé. - Mathieu Golinvaux

    Le CHU de Liège réquisitionné dans la lutte Covid-19

    Au CHU de Liège, le Centre des brûlés s’est mué en unité de soins intensifs « classique » pour contrecarrer l’avancée du Covid-19.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • William Leymergie publie son premier roman

    Aujourd’hui présentateur de «William à midi» sur C8, William Leymergie publie également sonpremier roman.

    Actuel journaliste-animateur de C8, William Leymergie, qui fut longtemps l’âme de « Télématin » (France 2), surprend en nous emmenant sur un terrain où on ne l’attendait pas. Un roman de caape, d’épée et d’amour.