«C’est n’importe quoi»: Geneviève de Fontenay très critique envers l’élection de Miss France 2021

Geneviève de Fontenay, ex-présidente du Comité Miss France, a regardé l’élection depuis sa maison.
Geneviève de Fontenay, ex-présidente du Comité Miss France, a regardé l’élection depuis sa maison. - MAXPPP

En froid avec l’organisation du concours, l’ex-présidente du Comité de Miss France a décliné l’invitation à la centième édition du concours de beauté, qui a eu lieu samedi soir au Puy-du-Fou. Mais depuis son salon, Geneviève de Fontenay n’a pas loupé une seconde de la cérémonie pour autant. Jointe par téléphone par le Parisien plusieurs fois durant la soirée, elle a livré ses impressions sur cette élection 2021. Et elle n’y a pas été de main morte.

« C’est brutal, saccadé, c’est n’importe quoi », a-t-elle critiqué d’emblée, revenant sur l’hommage aux anciennes Miss réalisé en début de cérémonie, « Tout est militarisé. On a à peine eu le temps de les voir. Ça n’a pas d’âme ».

L’ex-patronne des Miss France s’est ensuite quelque peu radoucie, et a même été émue, suite aux mots d’Élodie Gossuin, qui l’a remerciée pour tout ce qu’elle a fait pour Miss France. Mais Geneviève de Fontenay est rapidement redevenue plus piquante, jugeant que les 29 candidates au titre « racontent toutes un peu la même chose et se tortillent de la même façon ». À tel point qu’à quelques minutes de l’annonce de lauréate, la « dame au chapeau » n’avait aucune idée de qui l’emporterait : « Sur les quinze dernières, c’est une loterie. À quoi on juge ? La beauté ça n’a pas de codes, pas de normes ».

Si elle s’est montrée très critique envers la cérémonie en général (que vous pouvez revivre en images ici), Geneviève de Fontenay a tout de même souligné la beauté du défilé en maillot de bain, le meilleur qu’elle ait vu, avec des Miss élégantes en maillot deux pièces, a-t-elle commenté. Mais rien ne nous dit ce qu’elle a pensé de la lauréate, Amandine Petit, Miss Normandie.

 
  • Quel avenir pour la monarchie britannique?

    Le prince William dépasse de 20% en popularité son père, le prince Charles. Montera-t-il pour autant sur le trône à sa place?

    Elizabeth II en deuil aura 95 ans ce 21 avril. Quel avenir pour la monarchie britannique ? Un sondage plébiscite William : il doit être le prochain sur le Trône d’Angleterre.

  • Anne-Françoise Rousseau, la cheffe de clinique (à droite), observe les paramètres vitaux d’un patient intubé. - Mathieu Golinvaux

    Le CHU de Liège réquisitionné dans la lutte Covid-19

    Au CHU de Liège, le Centre des brûlés s’est mué en unité de soins intensifs « classique » pour contrecarrer l’avancée du Covid-19.

  • Florence Aubenas est allée s’installer un an dans le village pour «comprendre» ce fait divers sanglant.

    Florence Aubenas explore une nouvelle enquête

    Florence Aubenas ausculte un assassinat sur lequel elle a enquêté pendant sept ans. Un fait divers qui entremêle la France dont on ne parle pas, une bonne dose de mystère et une gueule connue du cinéma.

  • Le Britannique a compris avant tout le monde qu’il pourrait s’enrichir grâce au cannabis thérapeuthique.

    Le cannabis, le nouvel or vert

    De plus en plus de pays autorisent le cannabis thérapeutique. Sur ce marché florissant, un Britannique s’impose. Entre excentricité agaçante et génie entrepreneurial, voici le (presque) milliardaire Maximilian White.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • William Leymergie publie son premier roman

    Aujourd’hui présentateur de «William à midi» sur C8, William Leymergie publie également sonpremier roman.

    Actuel journaliste-animateur de C8, William Leymergie, qui fut longtemps l’âme de « Télématin » (France 2), surprend en nous emmenant sur un terrain où on ne l’attendait pas. Un roman de caape, d’épée et d’amour.