En France, le buzz de ces nonnes qui dansent et chantent pour lever des fonds pour leur couvent (vidéo)

Capture d’écran - YouTube
Capture d’écran - YouTube

« Ensemble jusqu’au bout » : des sœurs de Saône-et-Loire (centre-est ce la France) ont monté une comédie musicale enlevée, devenue virale sur internet, afin de financer les aménagements nécessaires pour garder dans leur couvent les nonnes âgées « jusqu’au ciel ». « Lay, lay, lay, lay la… », chantent les sœurs en dansant gaiement sur le fameux air folklorique russe. Les chapelets virevoltent et les robes grises tournoient, dévoilant les grosses chaussettes de laine enfilées dans les sandales.

Mais l’heure est grave, à en croire le ton de la mère supérieure qui réunit les religieuses sur cette courte vidéo : sœur Jeanne annonce qu’elle a des difficultés à vivre au sein de la communauté en raison de son âge et qu’elle doit partir en Ehpad. « Non », répondent ses sœurs. « Nous t’accompagnerons. Vivre ensemble, une sœur appuyée sur sa sœur. Vivre ensemble, unissons nos efforts », chantent-elles de plus belle.

Mais comment faire ? Les marches, les chambres spartiates, la chapelle inaccessible aux fauteuils roulants… « Et si nous appelions à l’aide pour faire des chambres médicalisées ? Alors nous resterons ensemble jusqu’au bout », entonnent les nonnes, bondissant, dans une sorte de remake de Sister Act, le film américain sorti en 1992. Le clip musical des sœurs apostoliques de Saint-Jean, dans le village de Semur-en-Brionnais (Saône-et-Loire), a été mis en ligne le 10 décembre.

Pas une première

Déjà, la vidéo atteint presque les 40.000 vues sur YouTube et, sur les 100.000 euros demandés, 88 % ont été recueillis. « Nous avons réalisé une vidéo pour présenter notre projet et pour mettre de la joie au cœur de ce confinement. Nous avons opté pour une petite comédie musicale », expliquent avec modestie les 32 sœurs sur la plateforme de finance participative chrétienne Credofunding.

Les sœurs n’en sont pas à leur coup d’essai. Installées en 1992 dans un prieuré alors presque à l’abandon, elles ont déjà lancé deux campagnes de financement pour le rénover, avec le même sens de l’auto-dérision : une sœur faisait du waveboard (une variante de la planche à roulettes) dans « Rénover le prieuré » (plus de 50.000 vues à l’automne 2015) et deux autres se prenaient pour Léon Zitrone commentant une course hippique dans « Avec vous, le tiers c’est gagnant » (48.000 vues en novembre 2016). À la fin de leur dernier clip « Ensemble jusqu’au bout », Jeanne, la nonne vieillissante, monte au ciel. Littéralement : elle embarque en montgolfière sous les saluts de ses sœurs.

AFP

 
  • François Chladiuk (à gauche) en compagnie de Walter Littlemoon venu tout spécialement à Lyon pour l’inauguration de l’expo.

    François Chladiuk, l’ami des Sioux

    Ce Belge possède une exceptionnelle collection de pièces indiennes historiques, exposée actuellement dans un musée de Lyon.

  • La fashion victim porte des vêtements à la mode, même s’ils ne sont pas beaux, accumule souvent de manière compulsive des articles et peut aller au contraire de la saison.

    De la fashion victim au feutre

    Dans un livre aussi dense qu’une garde-robe qui déborde, Martine Magnin et Mathilde de Jamblinne nous parlent chiffons avec passion. Extraits.

  • Face aux témoignage, Éliane Deschamps a toujours nié les accusations d’emprise.

    La gouroue qui voyait la Vierge

    En France, Éliane Deschamps se retrouve devant la justice pour abus de faiblesse. Elle a martyrisé les adeptes du groupe « Amour et miséricorde ».