Peine de prison avec sursis pour menaces et injures contre Valérie Benaïm

Peine de prison avec sursis pour menaces et injures contre Valérie Benaïm
BelgaImage

Le 22 septembre dernier, l’animatrice Valérie Benaïm a subi une altercation pour le moins violente. Alors qu’elle était devant les studios de C8, celle-ci étant chroniqueuse de l’émission « Touche pas à mon poste », un homme, Samir E., s’approche d’elle et enchaîne des menaces de mort et des injures antisémites. Ce mardi, le tribunal de Nanterre a condamné Samir E. à deux mois de prison avec sursis. Une peine qui aurait pu être plus élevée si le prévenu n’avait pas prétexté de son état mental pour réclamer la clémence de la justice.

Un débat sur l’état mental du prévenu

Selon plusieurs personnes, Samir E., 33 ans, souffre d’un handicap mental, et cet argument a été soumis au tribunal pour être pris en compte dans le jugement final. Le prévenu a lui aussi repris cet élément lors du procès en rappelant qu’il était considéré « comme Cotorep » (du nom d’une structure d’aide à la réinsertion des personnes handicapées) du fait de ses « problèmes psychologiques ».

Devant le juge, il a aussi tenu un discours bien différent de ce qu’il avait reconnu lors de sa garde à vue, niant même ce qu’il avait pu dire auparavant. A la place, il a estimé avoir tenu des propos « un peu déplacés » vis-à-vis d’une chroniqueuse qu’il dit ne « pas connaître », assurant même qu’il s’agissait d’un « malentendu ». Il a expliqué son geste du fait que Valérie Benaïm avait critiqué le rappeur Freeze Corleone pour ses morceaux accusés d’être antisémites. Quant aux menaces qu’il aurait proférées en ligne contre elle, il dit ne pas « savoir écrire » et ne pas être sur les réseaux sociaux.

Au vu de ces éléments, ce sont donc deux mois de prison avec sursis qui ont été donnés. La procureure Estelle Collin en avait pourtant réclamé quatre, estimant qu’il « savait très bien ce qu’il faisait ». Selon elle, il était nécessaire de punir plus sévèrement ce qu’elle considérait être de « l’antisémitisme du quotidien ».

 
  • Quel avenir pour la monarchie britannique?

    Le prince William dépasse de 20% en popularité son père, le prince Charles. Montera-t-il pour autant sur le trône à sa place?

    Elizabeth II en deuil aura 95 ans ce 21 avril. Quel avenir pour la monarchie britannique ? Un sondage plébiscite William : il doit être le prochain sur le Trône d’Angleterre.

  • Anne-Françoise Rousseau, la cheffe de clinique (à droite), observe les paramètres vitaux d’un patient intubé. - Mathieu Golinvaux

    Le CHU de Liège réquisitionné dans la lutte Covid-19

    Au CHU de Liège, le Centre des brûlés s’est mué en unité de soins intensifs « classique » pour contrecarrer l’avancée du Covid-19.

  • Florence Aubenas est allée s’installer un an dans le village pour «comprendre» ce fait divers sanglant.

    Florence Aubenas explore une nouvelle enquête

    Florence Aubenas ausculte un assassinat sur lequel elle a enquêté pendant sept ans. Un fait divers qui entremêle la France dont on ne parle pas, une bonne dose de mystère et une gueule connue du cinéma.

  • Le Britannique a compris avant tout le monde qu’il pourrait s’enrichir grâce au cannabis thérapeuthique.

    Le cannabis, le nouvel or vert

    De plus en plus de pays autorisent le cannabis thérapeutique. Sur ce marché florissant, un Britannique s’impose. Entre excentricité agaçante et génie entrepreneurial, voici le (presque) milliardaire Maximilian White.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • William Leymergie publie son premier roman

    Aujourd’hui présentateur de «William à midi» sur C8, William Leymergie publie également sonpremier roman.

    Actuel journaliste-animateur de C8, William Leymergie, qui fut longtemps l’âme de « Télématin » (France 2), surprend en nous emmenant sur un terrain où on ne l’attendait pas. Un roman de caape, d’épée et d’amour.