L’actrice Lori Loughlin est sortie de prison après avoir purgé sa peine

Belgaimage
Belgaimage

L’actrice de 56 ans, rendue célèbre par son rôle de «tante Becky» dans la série «La Fête à la maison», s’était présentée le 30 octobre dernier à la prison fédérale pour femmes de Dublin, près de San Francisco. C’est le même établissement que celui qui avait accueilli fin 2019 sa collègue Felicity Huffman («Desperate Housewives»), condamnée à deux semaines de prison suite au même scandale.

Lori Loughlin, dont la carrière a été stoppée net par cette affaire, a assuré avoir tiré les leçons de l’« affreuse décision » qui l’a conduite, avec son mari, à verser 500.000 dollars à un intermédiaire pour garantir l’admission de leurs deux filles à l’université de Californie du Sud (USC). Ils s’étaient mis d’accord avec le cerveau de l’opération, William Singer, pour que leurs filles soient présentées comme de bonnes recrues pour l’équipe d’aviron de l’université, bien qu’elles ne pratiquent pas ce sport.

« Je croyais agir par amour pour mes enfants (...). Je comprends maintenant que mes décisions ont contribué à exacerber les inégalités en général, et celles du système éducatif en particulier », avait dit Lori Loughlin lors de l’audience devant un juge de Boston, qui a fixé sa peine. En plus de sa peine de prison, l’actrice devra s’acquitter de 150.000 dollars d’amende et se soumettre à deux ans de liberté surveillée et 100 heures de travaux d’intérêt général.

Le mari de Lori Loughlin, le styliste Mossimo Giannulli, considéré comme «le plus actif» dans cette tricherie par les enquêteurs, a quant à lui été condamné à 5 mois de prison et 250.000 dollars d’amende. Il a été incarcéré le 19 novembre à la prison pour hommes de Lompoc, près de Santa Barbara (Californie), et la date de sa libération est fixée au 17 avril 2021, selon les services pénitentiaires. Le couple avait plaidé coupable en mai d’un chef d’accusation de transfert bancaire frauduleux en échange de l’abandon d’autres poursuites par l’accusation, et d’une peine plus clémente.

AFP

 
  • Le prince Laurent bientôt indemnisé

    L’obstination de Laurent devrait finir par payer. Le Prince est dans son droit. C’est au monde politique de suivre.

    Reconnu dans ses droits à cinq reprises par la justice dans son procès contre la Libye, le frère du Roi se bat depuis 2014 pour récupérer les 48 millions d’euros dus. Le dossier doit se débloquer ce vendredi 22.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern