Bain de foule de Miss France: Amandine Petit se défend, le centre commercial avoue ne pas avoir pu gérer la foule

Bain de foule de Miss France: Amandine Petit se défend, le centre commercial avoue ne pas avoir pu gérer la foule
BelgaImage

La polémique serait-elle cette fois-ci éteinte ? C’est ce qu’essaient en tout cas de faire les responsables de la rencontre entre Miss France et les visiteurs du centre commercial B’Est, en Moselle, qui s’est transformé en bain de foule en pleine pandémie. La direction de l’établissement, en charge de l’événement, tente toujours de se justifier mais avoue désormais qu’elle n’a pas su gérer la foule. Miss France en personne a également tenu à réagir mais pas pour s’excuser par contre.

Un respect des mesures sanitaires prévu mais pas strictement appliqué

Amandine Petit se justifie en effet en reprenant plus ou moins ce qu’avait déjà annoncé Sylvie Tellier, responsable de l’organisation Miss France. Selon elle, « l'organisation lorraine a tout organisé. Nous on était derrière un plexi, avec masque, etc. Lors de mon discours, j'ai bien dit à tout le monde qu'il fallait respecter les distances de sécurité, faire attention ». Une demande qui a été très difficile à appliquer, vu le nombre de personnes présentes.

Dans un communiqué, le centre commercial B’Est tente d’abord de se justifier, en assurant avoir organisé l’événement « dans le strict respect des gestes barrières et des règles sanitaires ». Mais face aux vidéos témoignant du fait que ces mêmes gestes barrières n’ont clairement pas été respectées, la suite du message est plus repentant. « Le succès de la rencontre a entraîné une présence importante de visiteurs et a généré, malgré l'ensemble des mesures prises, un manque de respect des distanciations physiques que la direction du centre n'a pas pu maîtriser, malgré un doublement des effectifs de sécurité ».

La direction de l’établissement présente donc ensuite ses excuses « notamment à l'ensemble des autorités sanitaires et personnels de santé […] ainsi qu'à toutes les personnes heurtées par cet événement ». Elle promet « que plus aucune autre manifestation de cette ampleur ne sera organisée, et ce tant que la situation sanitaire ne sera pas revenue à la normale ».

 
  • Le prince Laurent bientôt indemnisé

    L’obstination de Laurent devrait finir par payer. Le Prince est dans son droit. C’est au monde politique de suivre.

    Reconnu dans ses droits à cinq reprises par la justice dans son procès contre la Libye, le frère du Roi se bat depuis 2014 pour récupérer les 48 millions d’euros dus. Le dossier doit se débloquer ce vendredi 22.

Signé duBus