Pascal Obispo quitte sa maison de disques et crée une application avec toutes ses œuvres en libre accès (vidéo)

Pascal Obispo quitte sa maison de disques et crée une application avec toutes ses œuvres en libre accès (vidéo)
BelgaImage

C’est un petit tremblement de terre dans le milieu de la musique française. A contrecourant de toute l’industrie musicale, Pascal Obispo a non seulement décidé de claquer la porte de sa main de disque mais a aussi voulu innover. C’est ainsi que le chanteur a créé une application disponible sur l'Apple Store et Google Play, « Obispo All Access », reprenant toutes les productions qu’il a créées au cours de sa carrière. Un festival de contenus qui sont pour l’instant accessibles gratuitement en ligne.

Reprendre le contrôle de sa liberté musicale

Sur cette application, on compte donc non seulement tous ses albums passés mais aussi un nouvel opus, « Electrobispo » (composé de 12 titres qui ne sont pas sur Spotify), sans compter des clips vidéos, des documentaires, des BD, des livres, des lives inédits, des rencontres, etc. Bref, de quoi ravir ses fans qui ont de quoi s’occuper ! Et pour couronner le tout, Pascal Obispo prévoit d’y ajouter chaque vendredi (et parfois de manière plus aléatoire) d’autres contenus au fil des années à venir. Il est néanmoins prévu que ces nouveautés ne soient accessibles que via un abonnement payant annuel, le reste étant gratuit.

Avec ce projet, le chanteur se sent pousser des ailes. « Grâce à cette application, je vais enfin pouvoir explorer à travers des dizaines de projets différents tous les styles de musique qui me font vibrer », dit-il, et ce « au rythme qui lui convient ». La question maintenant, c’est de savoir si cela va marcher. Cette voie avait été par exemple suivie par l’artiste Neil Young, qui vient justement de céder 50% de son catalogue musical à un fond d’investissement britannique. L’idée de Pascal Obispo s’inscrit néanmoins dans le cadre plus large de la remise en question des maisons de disques, le tout dans un contexte sanitaire qui frappe durement l’industrie musicale.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern