L’année dernière, la Fondation Pairi Daiza a sauvé plus de 470 reptiles

Comme elle vient de l’annoncer dans un communiqué de presse ce mercredi 14 janvier, sur l’année 2020, 477 reptiles ont été recueillis par le refuge de la Fondation Pairi Daiza. Parmi ceux-ci, on retrouve des serpents, des lézards, des iguanes, des tortues et même des caïmans à lunettes. « Un triste résultat annuel qui concerne les animaux qui ont été abandonnés par leurs propriétaires ou confisqués par les autorités. Tous ces reptiles ont ainsi évité la mort, mais aussi la possibilité d’être relâchés dans la nature et de nuire aux espèces indigènes  », ajoute la Fondation. Si le nombre de reptiles « abandonnés » recueillis et soignés par les experts du parc a légèrement diminué par rapport à l’année précédente, 128 animaux ont tout de même été pris en charge par le refuge de la Fondation rien qu’au mois de juillet 2020.

D’après le communiqué, « 53 % des reptiles recueillis sont des tortues à tympans jaunes/rouges. (…) Sans l’aide de la Fondation Pairi Daiza ces tortues auraient dû être euthanasiées. Ces petits animaux sont en vente libre dans les animaleries et le plus souvent abandonnés dans la nature par leurs propriétaires lorsqu’ils atteignent une certaine taille. Là ils meurent tragiquement ou causent des dommages dévastateurs aux écosystèmes locaux tels que les étangs  ».

Le parc animalier se réjouit de l’adoption en fin d’année d’un projet d’arrêté par le Gouvernement de Wallonie, visant à encadrer la commercialisation et la détention de reptiles : « Le projet d’arrêté crée une liste dite ‘positive’ qui renseigne tous les reptiles que l’on peut détenir sans autorisation. Les reptiles ne fuguant pas sur cette liste sont interdits, sauf en cas d’agrément spécifique  ». La sensibilisation reste également un bon moyen de prévention et de modifications des comportements. « Gageons que tous ces animaux recevront les meilleurs soins et auront une fin de vie heureuse grâce à l’équipe d’experts en reptiles de la Fondation Pairi Daiza », conclut le communiqué.

 
  • Abus sexuels: le grand déballage

    Belgaimage

    Les affaires se multiplient. Les masques tombent. La parole se libère, pouvant aussi ouvrir la porte aux mensonges et règlements de comptes. Une révolution !

Signé duBus
Signé Stéphane Bern