Trump finit son mandat avec la deuxième pire cote de désapprobation de l’histoire

Trump finit son mandat avec la deuxième pire cote de désapprobation de l’histoire
BelgaImage

Fin décembre, l’enquête annuelle de Gallup proclamait Trump comme homme le plus admiré des Etats-Unis (même s’il n’avait reçu que 18 % des voix). Quelques semaines plus tard, il est bien peu probable qu’il tiendrait toujours le haut du podium. C’est en tout cas ce que semble dire le dernier sondage du Pew Research Center sur la popularité du président sortant, au crépuscule de son mandat. Selon celui-ci, la cote de désapprobation de Donald Trump a bondi à cause de l’invasion du Capitole. Elle est aujourd’hui de 68%, soit le deuxième plus haut chiffre jamais atteint par un président américain. Le même pourcentage de personnes dit ne pas vouloir voir Trump rester une figure politique majeure à l’avenir. Et ça, ce n’est qu’un des enseignements du sondage.

La grande dégringolade

Au cours de l’histoire américaine, seul un président a eu une cote de désapprobation plus haute. Il s’agissait de George W. Bush, qui avait atteint quelques jours avant l’élection d’Obama en 2008 le record de 71% de désapprobation. Quant au niveau d’approbation, celui qui se retirera de la Maison Blanche mercredi prochain peut certes compter sur le soutien sans faille de ses partisans mais là aussi, c’est la dégringolade. Il termine ainsi à 29%, soit le taux le plus bas de son mandat. Seuls les deux présidents Bush, Truman, Nixon et Carter ont fait pire.

Mais là où ça fait mal, c’est que Trump ne tient plus du tout la comparaison avec la popularité de Joe Biden. Son comportement est ainsi jugé comme « pauvre » par 62% des Américains, contre 15% pour Joe Biden. A l’inverse, les opinions positives sur sa conduite ne sont plus que de 22%, contre 64% pour son opposant démocrate.

Cette chute est largement due à l’invasion du Capitole puisque les trois quarts des Américains jugent que Donald Trump porte au moins une partie de la responsabilité dans cet incident. Même les électeurs républicains sont majoritairement de cet avis, ce qui n’empêche pas ceux-ci d’être encore 64% à penser que Donald Trump a remporté les élections.

 
  • Abus sexuels: le grand déballage

    Belgaimage

    Les affaires se multiplient. Les masques tombent. La parole se libère, pouvant aussi ouvrir la porte aux mensonges et règlements de comptes. Une révolution !

Signé duBus
Signé Stéphane Bern