« The Voice » : la tension entre Vianney et Amel Bent frappe les téléspectateurs

« The Voice » : la tension entre Vianney et Amel Bent frappe les téléspectateurs
Capture d’écran TF1

Ce samedi soir, c’était le grand retour de « The Voice » sur TF1, avec le début de la dixième saison. Comme d’habitude, les talents en ont mis plein la vue au jury, composé cette fois-ci de Florent Pagny, Marc Lavoine, Vianney et Amel Bent. Mais ce n’est pas la seule chose qu’ait retenu le public au bout de ce premier blind. La soirée a en effet été constellée de moments de tension entre les deux plus jeunes coachs, au point où cela a parfois tourné à la petite prise de becs.

Un Vianney « cinglant » ou une Amel Bent « susceptible » ?

A chaque fois, c’est une déclaration de Vianney qui crée le litige, en commençant par une suivant la prestation de la Belge Mentissa. Pour l’avoir dans son équipe, le chanteur n’hésite pas à faire une petite attaque ad hominem envers Amel Bent : « Écoute, moi je me suis retourné assez rapidement, c’était solaire parce que tu m’as donné la démonstration de ce que j’essayais maladroitement d’expliquer plus tôt, et je suis heureux qu’Amel se prenne la réalité en pleine tronche, la réalité ». Une déclaration qui laisse Amel Bent sans voix sur le coup, hébétée. A la fin du discours de Vianney, elle réagit quand même en se disant surprise de découvrir un Vianney aussi « cinglant ». Mais force est de constater que la tactique de ce dernier marche puisque Mentissa le choisit comme coach.

Après le départ du talent, la chanteuse revient sur ce moment en se disant à nouveau choquée par les paroles de Vianney. « Tu m’en mets pas plein la tronche hein ! Moi j’étais en mode ‘Vianney il est nouveau’ ». Et lui de répondre, visiblement gêné : « Pardon mon Amel… tu ne l’as pas pris en mode blague ? ». « Ah non, on l’a senti en mode attaque personnelle de ouf », riposte l’artiste. « J’ai senti le règlement de compte », renchérit Florent Pagny. « Mais vous vous foutez de ma gueule ? », commence à se demander alors Vianney. « Ah mais pas du tout, je suis minée », conclut enfin Amel Bent.

Il est important toutefois de noter qu’Amel Bent et Florent Pagny sont visiblement dans le registre de l’humour, avec un air pince-sans-rire. Une blague que perçoit même manifestement Vianney qui finit par rigoler. Mais du côté des téléspectateurs, tout le monde ne l’a pas pris comme ça. Les détracteurs d’Amel Bent y ont même vu l’occasion d’attaquer directement la chanteuse. « Amel Bent est très susceptible, elle est insupportable, dégagez-la TF1 », dit un internaute. « Merci Vianney de remettre subtilement Amel Bent en place faut qu’elle arrête de se croire au centre c’est épuisant », ajoute un autre.

« Déchanter » : le mot de la discorde

Si le ton réel de cette altercation peut faire débat, un autre moment a été lui l’objet d’une réelle tension entre les deux coachs. Face à une jeune candidate, Vianney explique à un moment que s’il ne s’est pas retourné, c’est parce qu’il aurait voulu qu’elle « déchante », parce qu’elle « chantait un peu trop ». Une façon de dire qu’elle en faisait parfois de trop.

Des mots considérés comme maladroits par Amel Bent. « Moi je ne veux plus t’entendre dire ‘déchanter’. J’aurais dû te dire ‘trouve autre chose’. ‘Déchanter’, cela ne veut pas dire ça. J’aurais aimé que tu nuances plus ». « Mais c’est la blague du mot justement », riposte Vianney qui était pourtant d’accord avec le début de la remarque de sa collègue. « C’est justement de dire que ce n’est pas la puissance qui fait l’artiste », ajoute-il.

Commence alors un vrai débat de la justesse des propos de Vianney. « Ils sont très énervés », commente même Florent Pagny. « J’aurais dû dire ‘moins démonstratif’ », concède Vianney. « Si j’avais été à un casting et qu’on m’aurait dit ‘il faut que tu déchantes’, je ne sais même pas comment je l’aurais pris », conclut la chanteuse. Une tension qui promet de belles altercations au cours de la saison qui commence à peine.

 
  • Quel avenir pour la monarchie britannique?

    Le prince William dépasse de 20% en popularité son père, le prince Charles. Montera-t-il pour autant sur le trône à sa place?

    Elizabeth II en deuil aura 95 ans ce 21 avril. Quel avenir pour la monarchie britannique ? Un sondage plébiscite William : il doit être le prochain sur le Trône d’Angleterre.

  • Anne-Françoise Rousseau, la cheffe de clinique (à droite), observe les paramètres vitaux d’un patient intubé. - Mathieu Golinvaux

    Le CHU de Liège réquisitionné dans la lutte Covid-19

    Au CHU de Liège, le Centre des brûlés s’est mué en unité de soins intensifs « classique » pour contrecarrer l’avancée du Covid-19.

  • Florence Aubenas est allée s’installer un an dans le village pour «comprendre» ce fait divers sanglant.

    Florence Aubenas explore une nouvelle enquête

    Florence Aubenas ausculte un assassinat sur lequel elle a enquêté pendant sept ans. Un fait divers qui entremêle la France dont on ne parle pas, une bonne dose de mystère et une gueule connue du cinéma.

  • Le Britannique a compris avant tout le monde qu’il pourrait s’enrichir grâce au cannabis thérapeuthique.

    Le cannabis, le nouvel or vert

    De plus en plus de pays autorisent le cannabis thérapeutique. Sur ce marché florissant, un Britannique s’impose. Entre excentricité agaçante et génie entrepreneurial, voici le (presque) milliardaire Maximilian White.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • William Leymergie publie son premier roman

    Aujourd’hui présentateur de «William à midi» sur C8, William Leymergie publie également sonpremier roman.

    Actuel journaliste-animateur de C8, William Leymergie, qui fut longtemps l’âme de « Télématin » (France 2), surprend en nous emmenant sur un terrain où on ne l’attendait pas. Un roman de caape, d’épée et d’amour.