PPDA accusé par de nouveaux témoignages d’être un «prédateur» sexuel

PPDA accusé par de nouveaux témoignages d’être un «prédateur» sexuel
BelgaImage

« Un prédateur sans conscience », « un malade »… Tel est décrit Patrick Poivre d’Arvor par de nouveaux témoignages publiés dans Le Parisien, Closer et Voici. Ces personnes ont voulu dénoncer une « impunité hallucinante » dont aurait bénéficié PPDA malgré des comportements jugés inacceptables, et emboitent ainsi le pas à une écrivaine, Florence Porcel, qui a porté plainte la semaine dernière contre le journaliste, accusé de viols.

Un « concours » pour conquérir les femmes ?

Selon une première femme, qui a voulu garder l’anonymat, Patrick Poivre d’Arvor aurait toujours été « dans le déni de ce qu’il a fait subir à de très jeunes femmes ». « Ce qui me choque, c’est qu’il se soit conduit ainsi dans le cadre de son travail. Cette impunité hallucinante », dénonce-t-elle.

Dans un deuxième témoignage, une journaliste affirme que PPDA l’a lourdement draguée, notamment lorsqu’il lui aurait proposé de monter dans sa suite lors d’un voyage de presse. « Le matin du premier jour, il m'avait demandé mon numéro de portable pour pouvoir 'échanger plus longuement avec moi'. Et dans la foulée, il m'a envoyé un SMS me proposant de le rejoindre dans sa suite. Je l'ai appelé et j'ai prétendu que j'étais attendue pour décliner. Vu sa réputation dans le métier, c'était plus prudent », confie-t-elle. « Le jour du retour en France, comme il profitait de sa suite jusqu'à la dernière minute, il m'a à nouveau proposé d'y monter 'pour poser mes valises et prendre une douche si je voulais'. PPDA était bien plus qu'un dragueur impénitent, c'était un malade ».

Enfin, selon Voici, ce comportement de PPDA envers les femmes aurait pris une dimension encore plus frappante. D’après le magazine, le journaliste aurait mis en place une « compétition avec une autre vedette de la Une lui-même très insistant avec les femmes ». Une sorte de rivalité qui aurait pris la forme de « concours » basé sur un « système de points » donnés aux femmes que chacun se devait de conquérir. « Tant de point pour une femme du public, tant de points pour une serveuse, tant de point pour une hôtesse », raconte une source au magazine.

De son côté, Patrick Poivre d’Arvor s’est défendu la semaine passée contre les accusations de Florence Porcel qualifiées de « fantaisistes ». Il dit n’avoir « jamais obligé quiconque à une relation sentimentale, ni bien évidemment à une relation » et promet de rétablir la vérité en justice. Une enquête préliminaire a été ouverte sur cette affaire.

 
  • Les montages financiers des royaux européens

    Plongé jusqu’au cou dans l’affaire Epstein, le prince Andrew a déclenché une nouvelle polémique en Angleterre en créant une très discrète société privée pour assurer la gestion de ses avoirs.

    Familles royales ou grandes familles de la noblesse ou de la haute bourgeoise, elles sont nombreuses à utiliser des constructions juridiques, comme des fondations, pour transmettre et perpétuer leur patrimoine.

  • GELUCK_belgaimage-174625282-full

    Geluck face à ses détracteurs

    Les détracteurs du projet de musée de Philippe Geluck sortent les griffes.

  • Le complexe des serres se découvre de plus loin cette année grâce à une belle promenade dans le parc privé du château.

    Parcours inédit dans les Serres de Laeken

    En raison du corona, une partie du complexe est inaccessible, mais, en échange, les visiteurs peuvent faire une longue promenade dans le parc du château royal ! À découvrir dès le 13 mai.

  • Le fisc peut s’emparer de 80% de la valeur d’un héritage à destination d’un ami ou d’un neveu. Le legs en duo est une solution à envisager à l’heure d’anticiper sa succession.

    Héritage, les règles ont changé

    Pour alléger les droits de succession, il est souvent intéressant d’inclure une association dans ses héritiers. Attention, les règles ont changé ! Explications.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern