Polémique à «The Voice Belgique»: un candidat écarté de l’émission récuse la thèse de la production

Polémique à «The Voice Belgique»: un candidat écarté de l’émission récuse la thèse de la production
RTBF

Coup de tonnerre ce mardi sur « The Voice Belgique ». En plein milieu de l’émission, la présentatrice Maureen Louys a annoncé que Youssef, un des candidats qualifiés pour les Lives, ne participera finalement pas à la suite de l’aventure. Selon la RTBF, c’est le talent lui-même qui aurait refusé de continuer. Mais c’est loin d’être la version de ce dernier. Au cœur du litige, on trouve une affaire de contrat.

La RTBF dit avoir tout essayé pour éviter ce scénario

Suite à l’annonce de Maureen Louys, Youssef n’a pas tardé à réagir sur Facebook. « Je viens d’apprendre à la télé que j’aurais décidé de quitter l’aventure. Il n’en est rien. Des explications ? ».

Peu après, la RTBF a publié un article selon lequel Youssef n’aurait pas signé un contrat auquel tous les candidats doivent souscrire. « En tant que talent de The Voice Belgique, il était soumis à un certain nombre d’obligations contractuelles dont la signature du contrat 'long form' rédigé par Universal Music Belgium pour pouvoir accéder aux Lives. [...] Youssef Ben Soltane a manifesté son désir de ne pas se plier à ces obligations, en toute connaissance de cause, et par conséquence, il a préféré se retirer de la compétition », affirme la télévision publique.

Dans une interview à Sudpresse, la productrice de l’émission, Leslie Cable, a affirmé que ce blocage était fort dommageable. Quand il lui est demandé à nouveau pour quelles raisons Youssef aurait décidé de ne pas signer le contrat, elle dit que c’est « à lui de répondre ». « Devant le problème, j’ai vraiment tout essayé pour trouver une solution, mais au final, il a bien fallu trancher ! Youssef n’est pas exclu de The Voice, mais dans la mesure où il ne signe pas ce contrat, il se retire de facto. C’est la toute première fois que je suis confrontée à ça », déclare-t-elle.

Un droit de réponse demandé par Youssef

En parallèle, Youssef n’a pas manqué de demander de répondre, via Facebook à nouveau. « Je n’ai jamais choisi de quitter l’aventure. Il s’agit manifestement d’une décision d’exclusion pour défaut de signature du contrat à ce stade », affirme-t-il d’abord. « Sinon, vous voulez vraiment qu’on parle de cette histoire de contrat ? Je croyais que ça devait rester confidentiel. J’ai bien l’intention d’honorer mes engagements contractuels, dont la signature d’un contrat musical, et la clause de confidentialité, mais si vous dîtes publiquement des choses me concernant qui sont fausses, je me vois obligé de les corriger. Je vous demande de publier un erratum et de respecter mon droit de réponse. Je ne lâche rien et n’abandonne jamais. Ce n’est pas le genre de la maison ».

Ce jeudi matin, il a ajouté que « le b-a ba est de ne JAMAIS adresser les rumeurs infondées car, ce faisant, on leur donne du crédit ». Il termine en disant : « après les fausses informations publiées à mon sujet […] et l'insistance du public pour connaitre la vérité, je me vois obligé d'y répondre en temps voulu », suivi d’un hashtag « Dîtes la vérité ».

 
  • Les montages financiers des royaux européens

    Plongé jusqu’au cou dans l’affaire Epstein, le prince Andrew a déclenché une nouvelle polémique en Angleterre en créant une très discrète société privée pour assurer la gestion de ses avoirs.

    Familles royales ou grandes familles de la noblesse ou de la haute bourgeoise, elles sont nombreuses à utiliser des constructions juridiques, comme des fondations, pour transmettre et perpétuer leur patrimoine.

  • GELUCK_belgaimage-174625282-full

    Geluck face à ses détracteurs

    Les détracteurs du projet de musée de Philippe Geluck sortent les griffes.

  • Le complexe des serres se découvre de plus loin cette année grâce à une belle promenade dans le parc privé du château.

    Parcours inédit dans les Serres de Laeken

    En raison du corona, une partie du complexe est inaccessible, mais, en échange, les visiteurs peuvent faire une longue promenade dans le parc du château royal ! À découvrir dès le 13 mai.

  • Le fisc peut s’emparer de 80% de la valeur d’un héritage à destination d’un ami ou d’un neveu. Le legs en duo est une solution à envisager à l’heure d’anticiper sa succession.

    Héritage, les règles ont changé

    Pour alléger les droits de succession, il est souvent intéressant d’inclure une association dans ses héritiers. Attention, les règles ont changé ! Explications.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern