«Adieu les cons»: Albert Dupontel rafle les Césars

BelgaImage
BelgaImage

La soirée des Césars à su marquer les esprits une fois de plus. Le thème de l’événement était bien sûr les conséquences de la crise sanitaire sur le monde du cinéma et la condition des intermittents du spectacle. La soirée avait aussi pour but de récompenser les stars pour leur travail et c’est Albert Dupontel qui s’est distingué.

Césars du meilleur film et de la meilleure réalisation

Le réalisateur a reçu le César du meilleur film pour « Adieu les cons ». Le film suit Suze (jouée par Virginie Efira), une femme de 43 qui tombe sérieusement malade qui part à la recherche de l’enfant qu’elle a dû abandonner quand elle avait 15 ans. Sur son chemin, elle va rencontrer JB (Albert Dupontel) et M. Blin (Nicolas Marié) qui vont constituer le trio de l’aventure. Le film a rassemblé 700.000 spectateurs en une semaine.

Le film remporte aussi le César pour le meilleur second rôle masculin, celui de JB. Au total, le film rafle sept trophées. Il était nommé dans douze catégories, faisant de lui le grand favori de cette 46e édition des Césars. Comme à son habitude, Albert Dupontel n’était pas présent à la cérémonie.

 
  • Un million de ménages belges payent trop cher leur électricité et/ou leur gaz, faute de choisir le meilleur contrat. En cette période de hausse, un maître-mot: comparer!

    Énergie: économisez 500 euros

    Avec la hausse des prix, c’est le moment de regarder son contrat de près. Et d’opter pour des formules moins chères.

  • Les «balades sauvages» permettent de découvrir et reconnaître les plantes comestibles.

    Ces plantes sauvages comestibles

    Les plantes sauvages sont souvent considérées comme de mauvaises herbes. Elles sont pourtant comestibles dans 9 cas sur 10 !

  • À la côte belge, des caméras intelligentes installées par Westtoer mesuraient l’affluence en pleine crise du Covid-19.

    Big Brother, même pendant son jogging

    Dans un parc de Louvain, des caméras scrutent les activités sportives des citoyens. Cette nouvelle initiative interpelle : jusqu’où va la surveillance des Belges ?