Accueil Actu Stars

Césars 2021: «propagande politique», «vulgaire», «entre-soi», la cérémonie a du mal à trouver son public (vidéos)

Au lendemain de la cérémonie des Césars, les retours sont mitigés et divisent les internautes mais aussi les acteurs.

Temps de lecture: 4 min

Les mots sont durs sur Twitter : « propagande politique », « boboisation », « communautarisme » voir même « islamo-gauchisme ». Au lendemain de la cérémonie des Césars 2021, cette dernière semble être la source de tous les maux. Certains internautes se demandent même s’il ne vaut pas mieux que « les cinémas et les théâtres restent fermés ».

La cérémonie a été la moins suivie depuis 10 ans avec 1,8 million de téléspectateurs. Les sujets abordés sont parfois si sensibles que prendre position sur cette cérémonie revient à prendre position entre La France Insoumise ou pour l’extrême droite pour certains internautes. Ce sont des résultats mitigés pour la cérémonie pourtant attendue en cette période.

La cérémonie a été entièrement repensée avec un public réduit, un siège sur deux et moins de films. Pourtant les séquences se sont enchaînées et ont provoqué de nombreuses réactions. Tout d’abord l’intervention de Marina Foïs, animatrice principale de la cérémonie. Son discours d’ouverture a marqué les esprits.

Le gouvernement français épinglé par Marina Foïs

Elle fait le déroulé des événements de l’année 2020. « En 2020 arrive un virus, pardon une virus, LA Covid. Au départ, on l’a appelé le Covid mais quand on a compris que c’était très très long et très très chiant, on l’a mise au féminin » annonce-t-elle. Elle enchaîne ensuite en pointant du doigt les politiques menées par le gouvernement français pour lutter contre l’épidémie. Elle dénonce l’ouverture des centres commerciaux et supermarchés alors que les cinémas et les théâtres sont encore fermés. Une première attaque qui ne s’arrête pas là, Marina Foïs épingle la ministre de la Culture pour sa relative absence face à la situation sanitaire et sa gestion.

« Qui veut la peau de Roger l’intermittent »

Puis est venu le moment choc, Corinne Masiero arrive pour la remise du César du Meilleur Costume. Ainsi arrive-t-elle sous un costume de peau d’âne, recouvert de faux sang. Elle se déshabille entièrement et demande : « Qui veut la peau de Roger… l’intermittent parce que maintenant on est tout nu ». Entièrement nue, recouverte de faux sang, tampons accrochés aux oreilles, Corinne Masiero lève le bras sous les applaudissements de la salle. Est écrit sur son buste « No culture, no futur » et sur son dos « Rend l’art, Jean ».

Une cérémonie très décriée

Les arguments sont discutés très régulièrement dans les médias sur le bien-fondé des politiques du gouvernement vis-à-vis de la culture. En attendant pour les téléspectateurs une grande partie estime que le discours est trop politisé, que le gouvernement et Roselyne Bachelot se font injustement épingler et que de façon générale, le militantisme était trop marqué.

Un point que rejoint Gérard Jugnot. Au micro de RTL il explique : « Ça peut être militant et politique avec un peu de légèreté et d’humour. C’est ça que je reproche. C’est vrai qu’on souffre (les artistes), mais on n’est pas les seuls. Il ne faudrait pas faire croire aux gens qu’il n’y a que les artistes qui souffrent dans cette période. Ce n’est quand même pas que de la faute du gouvernement s’il y a un virus de merde ». Il continue et conclu : « Je trouve que ça manquait sévèrement de légèreté ».

Face à Eric Dussart qui lui demande s’il a aussi trouvé ça « sinistre » comme le disent certains téléspectateurs, Gérard Jugnot répond avec un peu d’hésitation au début : « Je partage cet avis. Oui c’est dommage parce que ce n’est pas ça qui va donner envie aux gens de retourner au cinéma je crois. Et puis il y a quand même des gens qui savent qu’en France, ce n’est quand même pas pire qu’en Italie, qu’en Allemagne ou qu’en Angleterre ».

Sur le même sujet

Aussi en Stars

Voir plus d'articles

À la Une