Accueil Actu Stars

César : Corinne Masiero n’avait pas prévenu qu’elle serait nue mais elle assume

L’actrice veut continuer à défendre ses idées, qu’importe que son geste ait provoqué un déferlement de critiques et d’attaques sexistes.

Temps de lecture: 3 min

L’opération choc de Corinne Masiero aux César est sans douter le moment phare de la cérémonie, mais aussi le plus controversé. Vendredi, elle s’est mise nue sur scène avec deux messages écrits sur le corps : « No culture, no futur » et « Rend l’art, Jean ». Une façon d’interpeller le Premier ministre français pour obtenir le déconfinement de la culture. Depuis, l’actrice est la cible de multiples attaques mais comme elle le confie au Parisien, elle « s’en fout ».

Ne pas prévenir pour protéger

Pour expliquer son geste, Corinne Masiero déclare qu’il fallait frapper fort pour marquer les esprits et espérer faire bouger les lignes au niveau politique. Et pour cela, quoi de mieux que la scène des César ? « Je sais qu’il faut certes des négociations mais aussi des actions que les gens retiennent », dit-elle.

Mais pour faire une telle opération coup de poing, elle a décidé de porter seule la responsabilité de ses actes. Elle n’a donc prévenu personne. La maîtresse de cérémonie, Marina Foïs, a juste été notifiée qu’elle changerait un peu son texte. « Comme pour toute action, il ne faut pas prévenir pour ne pas mettre les gens dans la merde, j’assume donc seule ce qui s’est passé ensuite », développe-t-elle. Déterminée, elle continue aujourd’hui d’appeler le gouvernement à réagir. Mais au vu de l’aggravation de l’épidémie qui provoque des reconfinements locaux, l’affaire semble peine perdue à court terme.

Des attaques sans fin depuis des jours

En parallèle, les critiques continuent de pleuvoir sur Corinne Masiero, même plusieurs jours après. La ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, a ainsi regreté ce mardi une cérémonie avec un « côté "meeting politique" » qui « a nui à l’image du cinéma français, alors qu’il est massivement aidé ». « Le cinéma, c’est une industrie, culturelle et créative. Les César sont une vitrine pour vendre notre cinéma à l’international. Est-ce que vous voyez l’image que cela a donnée ? C’est navrant de voir des artistes piétiner leur outil de travail », a-t-elle encore dit.

A d’autres occasions, la riposte a pris la forme d’attaques sexistes ad hominem à l’encontre de Corinne Masiero. C’est le cas avec le fils de Bernard Tapie, Stéphane, qui a déclaré ce lundi à « Touche pas à mon poste » : « je n’ai pas envie de voir cette espèce de laideron avec ses tampons ». Il a également ajouté que la vue de son corps nu était « dégueulasse ». Le Figaro a également recensé d’autres exemples de sexisme sur Twitter. « Si vous vouliez mettre absolument une femme de plus de 50 ans, il aurait fallu plutôt choisir Karin Viard. Bref, choisir une femme belle et non vulgaire », écrit ainsi un internaute. Isabelle Balkany et Éric Revel, président du groupe Provence Azur, ont également utilisé à son encontre des qualificatifs dégradants en série.

Corinne Masiero a depuis répondu en affirmant : « Il y a toujours des gens qui ne sont pas d'accord, et là, il y avait aussi des messages sexistes, car on est dans une société patriarcale : "on ne doit pas montrer son cul quand on a passé 25 ans et qu'on ne fait pas du 36". Je pensais même avoir plus de réactions du côté des méchants. Je m'en fous. Ce que je retiens, c'est surtout tous ces gens qui me soutiennent ».

Sur le même sujet

Aussi en Stars

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une