Disney critiqué en Asie du Sud-Est à cause de «Raya et le dernier dragon»

Disney critiqué en Asie du Sud-Est à cause de «Raya et le dernier dragon»
BelgaImage

Début du mois, Disney+ a sorti son nouveau film d’animation, « Raya et le dernier dragon ». On y découvre un univers clairement inspiré de l’Asie du Sud-Est, une région jusque-là oubliée par les studios de Mickey. On pourrait donc s’attendre à ce que le long-métrage y soit bien vu… sauf que ce n’est pas tout à fait le cas. Depuis sa sortie, il ne cesse de faire débat car il est accusé de faire un grand mélange avec les différentes cultures asiatiques, que ce soit dans le film ou avec les acteurs qui prêtent leurs voix.

Faire le portrait de l’Asie du Sud-Est : un exercice risqué

Ce melting-pot est par exemple critiqué par Erna Mahyuni, une éditorialiste du Malay Mail, interrogée par France Info. « On ne sait pas quelles sont les références de ce film. Est-ce que Raya est cambodgienne ? Thaï ? Laotienne ? Malaisienne ? Et je crois que c’est ce qui a agacé pas mal de personnes en Asie du Sud-Est, c’est la façon dont Raya était présentée, elle est un méli-mélo de différentes cultures, et cela donne l’impression que pour Disney toutes les personnes d’Asie du Sud-Est sont interchangeables ».

Le sujet est en effet sensible. Les relations entre les différents pays d’Asie du Sud-Est sont loin d’être simples. La frontière entre Thaïlande et la Malaisie est explosive du fait des tensions politico-religieuses dans la région de Pattani, celle entre la Thaïlande et le Cambodge a aussi fait l’objet d’un litige territorial, et l’histoire des liens entre le Cambodge et le Viêtnam est également loin d’être un fleuve tranquille.

Un doublage perfectible ?

Un autre point fait également beaucoup parler : le choix des doublures américaines. Mis-à-part Kelly Marie Tran qui incarne Raya et qui est d’origine vietnamienne, tous les autres acteurs principaux ont certes des ancêtres asiatiques mais provenant de Chine ou de Corée. Un détail qui n’a pas échappé en Asie du Sud-Est. « Je ne pense pas qu’on demanderait à quelqu’un d’Asie du Sud-Est d’être dans un film qui évoque la Chine, donc pourquoi l’inverse se fait-il ? », demande Erna Mahyuni.

Dans sa version française, plusieurs acteurs ayant participé au doublage peuvent revendiquer des origines dans le Sud-Est asiatique : Anggun, Frédéric Chau ou encore Jade Phan-Gia.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern