Gilles Lellouche a «envie de pleurer tous les jours» à cause de son rôle d'Obélix

Gilles Lellouche a «envie de pleurer tous les jours» à cause de son rôle d'Obélix
BelgaImage

Le film « Astérix et Obélix : l'empire du milieu » promet du grand spectacle. Le budget est gargantuesque (60 millions d’euros) et le casting, qui vient d’être dévoilé, est à la hauteur des espérances. Parmi les acteurs, le réalisateur Guillaume Canet (qui incarne aussi Astérix) a réussi à recruter Gilles Lellouche pour le personnage d’Obélix. Mais pour assurer la relève de Gérard Depardieu, il a fallu que celui-ci prenne « plusieurs dizaines de kilos ». Un défi que celui-ci vit assez mal.

« Il me dit tous les jours 'J'en peux plus' »

C’est en tout cas ce que confie son frère Philippe Lellouche, interviewé sur le plateau de « On n'a qu'une vie dans la vie » sur Europe 1. « Il m'a appelé en me disant 'C'est épouvantable, j'ai envie de chialer tous les jours', parce qu'il prend 20 kilos pour jouer Obélix. Et grossir, c'est notre angoisse... », explique-t-il. « C'est Gilles qui va jouer Obélix et c'est pas une petite gageure, passer derrière Gérard Depardieu ».

Pour mener avec brio la tâche qui lui a été donnée, Gilles Lellouche est suivi par des nutritionnistes et doit suivre un « régime » sur-mesure. Mais il ne suffit pas de manger pour devenir Obélix. « Il fait de la muscu deux heures par jour, parce qu'il faut qu'il soit gros mais musclé. Donc il me dit 'quand j'entends le coach sonner à la porte, j'ai envie de chialer'. Il me dit tous les jours 'J'en peux plus' », ajoute son frère.

Interrogé par le Journal du Dimanche, Guillaume Canet a lui aussi fait part de la transformation impressionnante du comédien. « Gilles est un formidable acteur qui avait déjà un côté massif. Là, il a des bras trois fois comme mes cuisses. Et il a ce côté enfantin, idéal pour la douceur lunaire d'Obélix ».

 
  • Verviers: la peur du lendemain

    La Vesdre coule paisiblement. Les débris qui la bordent rappellent le traumatisme vécu une semaine plus tôt.

    Dévastée par la Vesdre, l’ancienne cité lainière pleure ses morts, compte ses sinistrés et se prépare aux crises à venir.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern