Denzel Washington évoque son « immense respect » pour les forces de l’ordre

Belgaimage
Belgaimage

Dans le thriller de John Lee Hancock, « Une affaire de détails », Denzel Washington incarne un policier aux méthodes particulières qui approche de la fin de sa carrière. En faisant équipe avec un jeune inspecteur, le duo va traquer un tueur en série. Lors d’une interview accordée au JDD ce dimanche 2 mai, l’acteur a évoqué son « immense respect » pour les forces de l’ordre, rapporte BFM TV.

« C'est toujours un thème d'actualité. Pour avoir joué dans quantité de films mettant en scène les forces de l'ordre, je comprends la pression ressentie par ces hommes et ces femmes », explique Denzel Washington. Il rappelle que pour se préparer à son rôle dans le film « Training Day » sorti en 2001, il avait notamment accompagné des patrouilles de police, pour comprendre leur fonctionnement.

« Une fois, on est arrivés sur une situation de crise familiale: un vieux monsieur se tenait à l'extérieur de sa maison avec un fusil. Le sergent m'a ordonné de rester dans la voiture et il est sorti maîtriser l'individu. Ses proches avaient peur qu'il l'abatte, alors ils ont encerclé l'officier en lui hurlant dessus. Lui a gardé son calme, il a bien vu qu'il s'agissait juste d'un grand-père sénile. J'étais épaté », a ajouté l’acteur. C’est pourquoi il avoue ressentir un « immense respect pour celles et ceux qui portent l'uniforme, confrontés en permanence à un réel danger et qui doivent décider en une fraction de seconde ».

Cette fois pour se préparer à incarner son personnage dans son dernier film, Denzel Washington s’est « documenté sur les agents qui chassent les tueurs en série, leur quotidien, leur instinct, leur ténacité ». « Je suis aussi devenu fan de l'émission 48 Heures pour un crime, dont j'ai décortiqué tous les épisodes comme un étudiant pointilleux », a-t-il dit.

La star de 66 ans a également abordé la crise sanitaire actuelle. « Le monde est devenu rude. J'espère qu'on sortira de cette crise unis. Si on ne traite pas notre prochain comme notre égal, nous serons détruits. Le processus est enclenché. Il faut qu'on se ressaisisse, et vite », remarque-t-il, selon BFM TV.

 
  • Pourquoi William a viré Harry

    Depuis de longs mois, la rupture est consommée entre le prince William et le prince Harry. Même lors des funérailles de leur grand-père, ils n’échangent que peu de paroles. En fait, les Cambridge et les Sussex sont brouillés depuis près de trois ans.

    Les deux frères ne se parlent plus depuis octobre 2018. Un livre jette un nouvel éclairage sur la véritable raison de la discorde – une trahison ! – qui a mené à la séparation des Cambridge et des Sussex, avant le Megxit…

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • En pointillé: Romelu Lukaku

    belgaimage-177640834-full

    Artisan de la qualification de la Belgique pour le second tour de l’Euro, l’attaquant de 28 ans marque aussi les esprits. Mais qui est-il ?

  • Balade au bord de la Meuse à Profondeville.

    Points-nœuds: de belles balades à vélo en Wallonie aussi

    Au quotidien (notamment en ville), l’usage du cycle dans le sud du pays est à la traîne par rapport à la Flandre. Par contre, la Région a développé un beau réseau touristique de voies où les cyclos sont rois. Un point et un conseil livre.

  • A. Bertels - Handicap International

    La vie en fonçant!

    Léa Bayukela s’est catapultée vers les sommets avec sa médaille de bronze aux championnats d’Europe de parathlétisme en Pologne. Une sacrée gagneuse.

  • Mine de cuivre et de cobalt au Congo.

    Le trésor perdu du Congo

    Comment un pays aux ressources naturelles aussi riches est-il toujours l’un des plus pauvres du monde ? Erik Bruyland répond dans son ouvrage « Cobalt Blues ».