Julie Morelle devrait quitter prochainement la présentation du JT de la RTBF

Capture d’écran
Capture d’écran

Selon Sudinfo, Julie Morelle, présentatrice des JT sur la Une durant le week-end depuis 2011, en alternance avec Laurent Mathieu depuis cinq ans désormais, devrait quitter dans quelques semaines ce poste, pour un autre. D’après diverses sources, la journaliste devrait en effet rejoindre l’équipe de l’émission « CQFD » (« Ce qui fait débat »), diffusée sur La Trois tous les jours de la semaine et animée par Arnaud Ruyssen et Catherine Tonero.

La jeune femme ne quitterait donc pas la RTBF ni l’info, mais traiterait à l’avenir l’actualité sous une autre forme, par le débat et le décryptage. Il y a quelques années, les téléspectateurs de la RTBF avaient déjà pu suivre Julie Morelle à la présentation du magazine « Lieux interdits ».

Le retrait prochain de la journaliste à la présentation des JT du week-end n’est pourtant pas synonyme de mauvaises audiences. Les rendez-vous de l’info sur la RTBF se portent au contraire plutôt bien, rapporte Sudinfo. Ce départ ne devrait normalement pas entrainer de nouvelle arrivée à la rentrée, puisque l’équipe en place serait déjà assez complète.

 
  • Un million de ménages belges payent trop cher leur électricité et/ou leur gaz, faute de choisir le meilleur contrat. En cette période de hausse, un maître-mot: comparer!

    Énergie: économisez 500 euros

    Avec la hausse des prix, c’est le moment de regarder son contrat de près. Et d’opter pour des formules moins chères.

  • Les «balades sauvages» permettent de découvrir et reconnaître les plantes comestibles.

    Ces plantes sauvages comestibles

    Les plantes sauvages sont souvent considérées comme de mauvaises herbes. Elles sont pourtant comestibles dans 9 cas sur 10 !

  • À la côte belge, des caméras intelligentes installées par Westtoer mesuraient l’affluence en pleine crise du Covid-19.

    Big Brother, même pendant son jogging

    Dans un parc de Louvain, des caméras scrutent les activités sportives des citoyens. Cette nouvelle initiative interpelle : jusqu’où va la surveillance des Belges ?