Flocon, le chat aux effets thérapeutiques adopté par un commissariat en France

Image d’illustration
Image d’illustration - Belgaimage

Il y a plus d’un an maintenant, Flocon, un chat blanc, a commencé à passer du temps dans le commissariat de Lannion, en France. Ravis de la présence de l’animal, les gendarmes l’ont apprivoisé petit à petit. Le matou étant présent de plus en plus souvent à leurs côtés, ils ont finalement décidé d’en faire une nouvelle recrue, en l’adoptant, rapporte France Bleu.

« Au début ce n’était pas régulier : il venait, il repartait. Et puis, il était là de plus en plus souvent, donc nous avons décidé de l’emmener chez le vétérinaire pour voir s’il était pucé et s’il appartenait à quelqu’un », a expliqué Magali, officier de police judiciaire au commissariat de Lannion. Les policiers découvrent alors que le chat appartient en réalité à une voisine, qui s’inquiétait d’ailleurs de voir disparaître son animal aussi souvent. Après discussion, Flocon est officiellement adopté par le commissariat et en devient la mascotte. « Pour la dame, son chat avait décidé que son nouveau territoire était au commissariat et qu’il y retournerait si elle le reprenait avec elle », ajoute la policière.

Le matou couleur neige a rapidement pris ses aises au sein de sa nouvelle demeure. « Il a ses habitudes, il vit sa vie, il a sa nourriture. Chaque collègue lui amène des choses différentes et il a ses préférences. Il circule où il veut et quand il veut. Il vient même pendant les auditions et ne se gêne pas pour miauler, d’autant plus qu’il a un miaulement très rauque. Quand il a faim, il met un coup de tête dans le paquet de croquettes, l’air de dire « maintenant, faut venir ! » et c’est pareil quand il en a marre des caresses  », indique Magali, en riant, rapporte France Bleu.

Si ce n’était pas le but au départ, Flocon induit également des effets thérapeutiques car il est apaisant : « Sa présence permet parfois de mettre en confiance des victimes qui ne sont pas forcément très à l’aise d’être ici et, d’un autre côté, les mis en cause. Cela peut donner un sujet de conversation qui engage quelque chose de serein ».

 
  • Verviers: la peur du lendemain

    La Vesdre coule paisiblement. Les débris qui la bordent rappellent le traumatisme vécu une semaine plus tôt.

    Dévastée par la Vesdre, l’ancienne cité lainière pleure ses morts, compte ses sinistrés et se prépare aux crises à venir.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern