La Chine ne considère plus les pandas comme des animaux en voie de disparition

BelgaImage
BelgaImage

La Chine vient de l’annoncer, dans le pays, le panda passe de la catégorie « en voie de disparition » à « vulnérable ». Cette catégorie reste tout de même précaire mais elle est signe d’espoir. Ce changement n’est en vérité pas tout à fait nouveau. Le pays avait refusé de changer le statut de l’animal plus tôt, craignant que les moyens de protections mis en place soient moins stricts.

Cette qualification correspond à la même classification de l’Union internationale pour la conservation de la nature. Cette dernière avait fait le changement dès 2016. Pour le moment, les estimations du nombre de panda varient. Le ministre chinois de la Nature et de l’Environnement fait part de 1 800 animaux vivants à l’état sauvage, selon l’agence de presse chinoise Xinhua.

Si la Chine a réussi ce tour de force, c’est par des systèmes de protection très stricts mis en place. Les pandas sont généralement remis en liberté dans des zones protégées et très surveillées via des caméras de surveillance.

La diplomatie du panda

Le panda est l’animale mascotte du pays pour son aspect mignon, et ses airs de petits ours en peluche. Il est devenu la fierté nationale et un très bon moyen de diplomatie entre la Chine et les autres pays du monde. Ainsi, la Chine loue ses pandas à des zoos pour renforcer ses liens avec ses partenaires commerciaux. Selon le journal De Morgen, des sources historiques montrent que ces stratégies politiques ne sont pas récentes et existeraient depuis des siècles. L’empereur japonais Tenmu aurait reçu deux pandas en 685, de la part de l’impératrice chinoise Wu Zetian.

Cependant, le gouvernement chinois tient à rappeler que, bien que le panda semble se remettre de sa situation critique, ce n’est pas encore le cas de tous les animaux. En effet, les animaux cohabitant avec le panda dans les zones protégées sont encore en danger. Parmi les animaux à surveiller, les chercheurs font part de leurs inquiétudes pour les loups, les chiens sauvages asiatiques, les léopards et les léopards de neige. Autant d’animaux prédateurs qui sont difficiles à remettre en liberté après des périodes de captivité, à cause de leurs instincts qui peuvent se perdre. Ce sont aussi des animaux avec des besoins différents, surtout en termes d’alimentation. Leurs écosystèmes et les proies disponibles sont très fragilisé.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • Nos livres de l’été

    livres

    La rédaction de « Soir mag » vous recommande quelques lectures coups de cœur. Cette semaine, les trois conseils d’Éloïse Dewallef.