Depardieu, Poelvoorde ou encore Delon critiqués pour leurs comportements lors du tournage d’Astérix aux Jeux olympiques

BELGAIMAGE-156984122
BelgaImage

En 2008, la sortie « Astérix aux Jeux olympiques » en avait déçu plus d’un. Après un deuxième opus brillantissime des aventures du Gaulois, le troisième a été un échec critique, malgré un budget de 78 millions d’euros et un casting de rêve. Dix millions de spectateurs étaient attendus dans les cinémas en cinq semaines. Il n’y en aura finalement « que » sept millions. Invité à revenir sur cet épisode par BFMTV, le réalisateur Thomas Langmann en garde encore une certaine déception. Il fait notamment des reproches à plusieurs acteurs, dont Gérard Depardieu.

Des reproches tous azimuts

Pour Thomas Langmann, le tournage rassemblait tellement de stars que cela a tourné à la guerre d’ego, notamment entre deux d’entre elles : Gérard Depardieu et Alain Delon. Ils auraient eu des comportements « insupportables ». Le premier ne connaissait pas son texte, ne regardait pas les autres acteurs dans les yeux et refusait de se maquiller pour interpréter son rôle. « Il avait envie d’en faire le moins possible », affirme le réalisateur.

Quant à Alain Delon, Thomas Langmann se brouille véritablement avec, notamment lorsqu’il montre les images du film lors d’une convention TF1 sans en avertir l’acteur. Un problème quand on sait que ce dernier voulait que la moindre promo soit validée par ses soins. La dispute est si importante qu’elle paralyse la fin du tournage.

Benoît Poelvoorde en prend aussi pour son grade. D’après le réalisateur, « il a été feignant ». « Il n’a pas voulu improviser. Alors qu’il était ravi de jouer Brutus, de jouer avec Delon, tout d’un coup, il a vrillé. Il n’assumait plus. Il a beaucoup plombé le film, alors qu’il avait été un amour sur Le Boulet », dit-il.

Mais Thomas Langmann est lui aussi critiqué. « Ça me paraissait bien parti au départ, mais c’est vrai qu’avec la personnalité de Thomas Langmann, ça a vite été délirant », déclare Christian Guillon, le directeur des effets visuels du film. « Ce qui a caractérisé le film, c’est le désordre et la démesure […] Il y avait d’énormes ambitions et aucune limite. Ça a généré du gaspillage ». Le réalisateur est aussi accusé par ses collaborateurs d’avoir mal géré les finances du film, d’avoir « hypertrophié » le film avec des stars qui ne parlaient parfois même pas français, et d’avoir finalement dénaturé le scénario. Les scénaristes Alexandre Charlot et Franck Magnier ont d’ailleurs quitté le tournage avant même le tournage.

 
  • Grand séducteur, Claude François aimait les très jeunes femmes.

    Claude François, sa part d’ombre

    Trois ans après la révélation de l’existence de sa fille cachée, une nouvelle enquête dévoile le goût du chanteur pour de très jeunes fans.

  • Le travail d’intégration permet une meilleure scolarité pour les élèves «dys». La tablette est un outil très utile.

    Apprendre à maîtriser les troubles «dys»

    Les enfants qui souffrent de dyslexie, dyscalculie, dyspraxie… sont souvent considérés comme distraits, rêveurs, peu intéressés ou agités. Ils seraient entre 3 et 7 %.

  • Environ 15% des colis proviennent de vendeurs en ligne qui ne sont pas enregistrés auprès de l’Union européenne : la TVA et des frais sont alors dus par l’acheteur au moment de la livraison…

    Achats sur internet : gare aux taxes

    Des prix parfois multipliés par trois une fois la livraison effectuée. Désormais, tout ce qui vient d’un vendeur hors Union européenne est frappé par la TVA et des frais. Conseils.