Accueil Actu Soirmag

Fête à la caserne avec une strip-teaseuse: la Défense promet des sanctions si les faits sont avérés

Les images de la fête organisée dans une caserne avec une strip-teaseuse ont stupéfié les plus hauts responsables au ministère de la Défense. Plusieurs manquements aux règles ont été relevés.

Temps de lecture: 3 min

Un journaliste de VTM Nieuws a diffusé dernièrement des images montrant une fête organisée dans la caserne de Tielen (province d’Anvers). Dans la vidéo, un militaire était attaché à une chaise tandis qu’une strip-teaseuse le fouettait avec un martinet. Un peu plus tard, un autre militaire posait nu avec un groupe de collègues. Enfin, il a aussi été remarqué la présence d’alcool et le non-respect des règles sanitaires en vigueur au moment des faits en mai dernier.

Les réactions sont vite tombées. Le numéro deux de l’armée, le lieutenant-général Marc Thys, a promis vendredi des sanctions disciplinaires et/ou statutaires si les faits révélés par la presse flamande étaient avérés à l’issue d’une double enquête.

Des faits inadmissibles

« S’ils sont avérés, ces faits sont inadmissibles au sein de nos installations et contraires aux normes et valeurs que nous prônons », a affirmé le vice-chef de la Défense à la chaîne de télévision privée VTM, qui a diffusé jeudi soir, tout comme le journal Het Laatste Nieuws, des images de la fête organisée.

« Si les enquêtes confirment que des règles ont été transgressées (et /ou des règlements bafoués), nous prendrons des mesures disciplinaires et /ou statutaires à l’égard des militaires impliqués. Nous prenons cette affaire très au sérieux. Nous tenons également à rappeler que ces faits sont isolés et ne sont absolument pas représentatifs de l’ensemble du personnel de la Défense qui réalise avec grand professionnalisme chaque jour ses missions à l’étranger comme sur le sol national, par exemple encore en ce moment lors des inondations », a ajouté le général Thys.

Deux enquêtes ouvertes

Deux enquêtes distinctes ont été ouvertes par la Défense, a-t-on précisé vendredi de source militaire. L’une est « de commandement », au sein du bataillon – le 3 Para en jargon –, et l’autre a été confiée au Service général du Renseignement et de la Sécurité (SGRS) pour déterminer comment la stripteaseuse visible sur les images a pu rentrer dans la caserne.

Les images diffusées jeudi montrent également un autre militaire posant nu pour une photo de groupe avec des collègues. Beaucoup dansent et boivent de l’alcool alors qu’à l’époque les rassemblements de ce genre étaient encore strictement interdits à cause du coronavirus. Aucune distanciation sociale n’est respectée, et l’absence de masques buccaux est notable.

Notre sélection vidéo
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

À la Une