Quand le crapaud australien devient cannibale

Image d’illustration - BelgaImage
Image d’illustration - BelgaImage

Il devait sauver les plantations en Australie dans les années trente, finalement c’est un autre problème qui est arrivé avec le crapaud buffle. En 1935, des agriculteurs australiens ont implanté le crapaud buffle, Rhinella marina de son nom scientifique. Ils espéraient ainsi voir l’animal manger les insectes qui colonisaient les plantations de cannes à sucre.

Aujourd’hui, le crapaud buffle est devenu une espèce envahissante et en surpopulation. Les ressources pour permettre aux crapauds buffles de se développer s’amoindrissent et l’espèce a trouvé dans le cannibalisme une façon de s’adapter à ces nouvelles conditions. Ainsi, le crapaud buffle commence à dévorer les têtards.

La question pour les scientifiques de l’Université de Sydney était de savoir si cette tendance au cannibalisme était propre à ces populations en surnombre de la région ou bien un trait de l’espèce. Pour le découvrir, les scientifiques ont mené des recherches publiées dans Nature.

Deux expériences menées

Ainsi, l’équipe de chercheurs a élevé deux groupes de crapauds différents, un des groupes était constitué de crapauds d’Australie et l’autre de Guyane française. Les chercheurs ont ainsi fait se reproduire les animaux pour avoir des têtards nouveau-nés et des têtards plus âgés. Ils ont ensuite placé un têtard face à 10 nouveau-nés plusieurs centaines de fois. Les scientifiques apportent alors le résultat montrant que les têtards australiens sont plus voraces (2,6 fois plus) face aux nouveau-nés que les têtards de Guyane.

Ce n’est pas la seule expérience qu’ils ont menée. Ils ont aussi placé des pièges, certains vides, d’autres avec des têtards nouveau-nés. Il s’avère que les crapauds de Guyane n’ont pas de préférences alors que ceux d’Australie étaient 30 fois plus attirés vers les pièges avec des têtards nouveau-nés.

Ce qu’annonce ce résultat, c’est la fulgurance à laquelle cette espèce s’est adaptée pour faire face à la pénurie de ressources. Les chercheurs ont en effet remarqué que les têtards australiens avaient alors très vite développé un système de défense pour ne pas se faire manger : les nouveaux nés se développent beaucoup plus vite lorsque des têtards plus âgés sont présents et évitent alors de se faire dévorer. Cette évolution de l’espèce rend alors le crapaud d’Australie bien différent maintenant de ses cousins de Guyane française.