Thomas Pesquet a fait la dictée depuis l’espace à 500 personnes (vidéo)

BelgaImage
BelgaImage

C’est avec les mots de Marguerite Duras que la rentrée s’est faite pour Thomas Pesquet et environ 500 personnes présentes, stylo et feuille à la main pour la grande dictée. Dimanche 5 septembre, Thomas Pesquet a lu quelques lignes d’« Un barrage contre le Pacifique » aux personnes présentes devant un écran au Musée de l’air et de l’espace du Bourget près de Paris.

Un classique de la littérature

La retransmission depuis l’espace a commencé à 15h sur le tarmac de l’exposition. Les personnes qui voulaient bien se prêter au jeu de la dictée ont alors pu voir l’astronaute en vidéo préenregistrée, leur faire la dictée. L’initiative vient de Rachid Santaki, fondateur de la dictée géante. Ce dernier expliquait à l’AFP, que l’objectif est de « faire sortir la dictée de l’école » et de « faire rêver les gens ». Quant au choix du texte, « C’est Thomas Pesquet qui a choisi ce classique de la littérature française ».

Pourquoi ce choix ? Thomas Pesquet avait expliqué qu’il avait lu ce classique vers 20 ans : « Participer à la dictée de l’espace, cela me donne envie de le relire avec mon regard d’aujourd’hui, de voir comment la métaphore du barrage résonne en moi à présent ».

Un concept depuis huit ans

Rachid Santaki a lancé ce concept depuis huit ans et décline la dictée dans de nombreux lieux improbables. L’écrivain de roman noir a déjà proposé plus de 500 dictées dans des établissements pénitentiaires, sur les réseaux sociaux, à la radio ou bien dans des quartiers et même au Stade de France. Rendre la dictée ludique permet selon l’astronaute, de sortir du « traumatisme » qu’elle a pu être pour certains.

Le texte était long d’environ 700 signes. La dictée a été faite en deux temps, d’abord par une lecture de Thomas Pesquet puis une relecture plus lente réalisée par Rachid Santaki. Enfin, la dictée s’est conclue par une séance d’autocorrection. Pour ceux qui souhaiteraient se plonger dans l’exercice, la dictée sera retransmise sur France Culture le 11 septembre à 17h00.