David Pujadas s’excuse pour sa première réaction lors des attentats du 11 septembre: «C’était débile»

belgaimage-120014175-full
MAXPPP

Jeune reporter de 36 ans en 2001, David Pujadas assiste en tant que journaliste aux attentats du 11 septembre. Il vient d’arriver à la présentation du JT de France à l’époque et le jour de l’attaque du World Trade Center, il est suivi par une équipe tv de Canal+, qui le filme donc au moment où il découvre les premières images dans les médias américains. « Waouh, génial », lâche alors David Pujadas en voyant les deux tours new-yorkaises en feu.

Une réaction qui avait été vivement critiquée à l’époque, lorsque Canal+ avait dévoilé son reportage. Aujourd’hui, quand David Pujadas y repense, il juge sa réaction « consternante ». « C’est l’histoire d’un journaliste qui est jeune, qui arrive et il y a une équipe de télévision qui le suit. Et il cherche à faire le blasé, le malin. C’est idiot », a-t-il affirmé mercredi soir dans l’émission « 21h médias » sur TMC. À l’époque, le jeune journaliste ne se rendait pas compte de ce qu’il se passait sous ses yeux : « Ce n’est pas tout à fait la réaction d’un journaliste qui peut être excité par un événement, parce qu’à ce moment-là, moi je pense que c’est un petit avion de tourisme, je n’ai pas du tout en tête un avion de ligne avec des centaines de morts ».

« Le paradoxe c’est que s’il n’y avait pas eu cette équipe de télé, je n’aurais pas dit ça », a-t-il ajouté dans un sourire, avouant que « c’était débile » et « ridicule ». Il est donc normal que son « Waouh, génial » ait tant dérangé à l’époque : « On a bien fait de me le reprocher ».

 
  • La soprano russe Anna Netrebko dans le rôle de Lady Macbeth, ici à Saint-Pétersbourg.

    Verdi au service de Shakespeare

    Par sa densité, son propos, ses caractères, son ambiance prenante autant qu’étrange, « Macbeth » est un incontournable de l’art lyrique.

  • La rencontre inattendue entre un livreur (H. Jemili) et un médecin à bout (M. Blanc).

    Michel Blanc au mieux de sa forme

    Les vraies bonnes comédies françaises sont devenues assez rares, mais fort heureusement pas inexistantes.

  • L’acteur français Ibrahim Koma incarne le valet de Phileas Fogg.

    L’œuvre de Jules Verne réadaptée

    L’excellent acteur britannique David Tennant, mais aussi le Français Ibrahim Koma qui incarne le valet Passepartout accompagnant Phileas Fogg dans son périple audacieux