Un journaliste de la VRT roué de coups et traité de «sale homo» à Bruxelles: «inacceptable» pour la ministre de l’Intérieur

Riadh
Capture d’écran Twitter

Ce vendredi matin, Riadh Bahri, journaliste à la VRT, se promenait avec son chien dans Bruxelles lorsqu’il a été victime d’une agression. Comme il l’explique sur Twitter, tout commence lorsqu’un homme lui demande simplement son chemin. Logiquement, il s’arrête pour tenter de l’aider. « J’ai été trop gentil et trop naïf en répondant », explique-t-il, détaillant ensuite les sévices qu’il a subis.

Tabassé, insulté et volé

Le journaliste évoque alors de façon saccadée l’agression qu’il a subi : « Recevoir des coups, être frappé. Chaîne arrachée et volée. Entendre ‘sale homo’. Un peu pleurer dans la rue. Être fâché. Déprimé, de nouveau. Un matin typique à Bruxelles », écrit-il avec le hashtag TGIF, soit « Thanks god it’s Friday » (« Dieu merci c’est vendredi »).

Dans un autre tweet, Riadh Bahri explique avoir été aidé par des policiers venus le chercher. « Je n'ai pas de blessures visibles mais une douleur thoracique après quelques coups de poing et de pied. Mais maintenant je suis surtout choqué. Et très triste », confie-t-il. Il tient en tout cas à remercier la zone de police de Bruxelles-Capitale-Ixelles. « Je suis entré en pleurs au commissariat, mais les agents ont été si gentils que je suis ressorti avec un petit sourire. J'ai des douleurs à la poitrine et aux jambes mais pas de blessés graves. Donc pas de soucis », dit-il sur un ton rassurant.

« Cela ne devrait pas arriver »

Ce témoignage a depuis suscité de nombreuses réactions, dont celle de la ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden. « Incompréhensible. Inacceptable. Prends soins de toi, Riadh, et n’arrête jamais de croire en toi », lui écrit-elle. La ministre de la Coopération au développement, Meryame Kitir, a elle aussi tenu à montrer son soutien. « Cela ne devrait pas arriver. Chacun devrait pouvoir être lui-même à tout moment et n'importe où », s’insurge-t-elle. D’autres personnalités ont également réagi, dont le célèbre virologue Marc Van Ranst. « Courage Riadh », lui dit-il. « Nous ne devrions jamais considérer de tels incidents comme normaux ou ‘typiques’. C'est bien que vous fassiez part de cela ».

A noter que ce n’est pas la première fois que Riadh Bahri est pris pour cible à cause de son orientation sexuelle. L’année passée, il était sur le point de poser une question en conférence de presse au Parlement européen lorsque l’ancien ministre N-VA Johan Van Overtveldt a glissé à ses collègues : « Il est gay ». Ce que le ministre ne savait pas, c’est que tous les journalistes présents pouvaient l’entendre, son micro étant resté connecté. Face à l’indignation générale, Johan Van Overtveldt a appelé le journaliste pour s’excuser.

 
  • C’est le temps des conserves

    Shutterstock

    Ce mois-ci, on ne chôme pas au jardin : selon l’abondance des récoltes, voici venu le moment d’anticiper les conserves.