Voici les vraies règles du Uno selon le producteur du jeu (vidéo)

belgaimage-17253573-full
BelgaImage

Avez-vous déjà assommé vos adversaires au Uno en enchaînant les cartes +2 et +4 ? Si c’est le cas, sachez que le producteur du jeu, la société Mattel, désapprouve fortement votre façon de jouer. Car à la base, ce type d’abus, pourtant courant, est formellement interdit par les règles du Uno. C’est ce que fait savoir un délégué du fabricant de jouets invité par le média Konbini qui a passé en revue toutes les règles afin de corriger plusieurs erreurs du genre voire de rappeler des fondamentaux pourtant oubliés de tous.

Plus le droit à l’erreur !

Pour les « vrais » joueurs du Uno, une carte +2 permet donc d’obliger le joueur suivant de prendre deux cartes en plus de lui faire passer son tour. Pour l’instant, pas de souci. Par contre, le joueur d’après ne peut pas remettre une carte +2. « Le +4 sur le +4, ce n’est pas possible » non plus. Cette dernière ne peut d’ailleurs être utilisée que si le joueur n’a pas la couleur demandée. Et petite subtilité supplémentaire : la personne victime du +4 peut « challenger » le joueur ayant donné le +4 et lui demander de dévoiler ses cartes, afin de vérifier qu’il ne lui reste pas une carte de la couleur demandée. S’il s’avère que ce joueur a mis son +4 de bonne foi, son adversaire doit non seulement prendre quatre cartes, mais aussi deux autres, soit six au total.

Autre erreur courante : la carte inversion n’a aucun effet en un contre un et ne permet pas de faire passer le tour de l’autre. Quant à la carte joker, qui permet de changer de couleur, elle peut être utilisée pour rester dans la même couleur. Si on joue en jaune par exemple, le joueur peut mettre cette carte et demander de rester en jaune. Il n’est donc pas obligatoire de changer. Mattel affirme également que beaucoup de joueurs ont pris l’habitude de mettre deux cartes identiques en une seule fois. Or c’est évidemment interdit ! C’est une carte par tour, un point c’est tout.

Mais le plus étonnant, c’est la dernière précision. A l’origine, « le but du jeu, c’est de faire 500 points à la fin », précise le délégué de Mattel, à la stupéfaction des journalistes de Konbini. « Une fois qu’il n’y a plus de cartes, on va compter les points des autres joueurs avec leurs cartes en main et en fonction de cela, on va marquer des points. Le premier à arriver à 500 points sera le vainqueur ».

 
  • Grand séducteur, Claude François aimait les très jeunes femmes.

    Claude François, sa part d’ombre

    Trois ans après la révélation de l’existence de sa fille cachée, une nouvelle enquête dévoile le goût du chanteur pour de très jeunes fans.

  • Le travail d’intégration permet une meilleure scolarité pour les élèves «dys». La tablette est un outil très utile.

    Apprendre à maîtriser les troubles «dys»

    Les enfants qui souffrent de dyslexie, dyscalculie, dyspraxie… sont souvent considérés comme distraits, rêveurs, peu intéressés ou agités. Ils seraient entre 3 et 7 %.

  • Environ 15% des colis proviennent de vendeurs en ligne qui ne sont pas enregistrés auprès de l’Union européenne : la TVA et des frais sont alors dus par l’acheteur au moment de la livraison…

    Achats sur internet : gare aux taxes

    Des prix parfois multipliés par trois une fois la livraison effectuée. Désormais, tout ce qui vient d’un vendeur hors Union européenne est frappé par la TVA et des frais. Conseils.