Pourquoi la princesse Beatrice d’York n’a pas encore dévoilé le prénom de sa fille

Beatrice d’York et son mari Edoardo Mapelli Mozzi à Wimbledon, en juillet dernier.
Beatrice d’York et son mari Edoardo Mapelli Mozzi à Wimbledon, en juillet dernier. - BelgaImage

Le 20 septembre dernier, la princesse Beatrice d’York et son mari Edoardo Mapello Mozzi annonçaient avoir accueilli, deux jours plus tôt, une petite fille. Les jeunes parents donnaient quelques informations sur l’état de santé du bébé, mais ne dévoilaient pas pour autant le prénom de la petite fille.

Pourtant, habituellement, les membres de la famille royale britannique révèlent dans les deux jours le prénom de leurs enfants, comme ce fut le cas avec les enfants des princes William et Harry par exemple. Alors pourquoi la princesse Beatrice d’York continue-t-elle de garder le secret, dix jours après la naissance de son premier enfant ?

D’après le site Hello !, le fait que la princesse Beatrice ne soit pas une membre active de la famille royale lui permet de ne pas spécialement avoir la pression d’annoncer au plus vite le prénom de son bébé. En effet, la jeune maman ne possède pas de fonction au sein de la famille royale, elle travaille dans l’entreprise Afiniti en tant que vice-présidente des partenariats et de la stratégie.

 
  • Un million de ménages belges payent trop cher leur électricité et/ou leur gaz, faute de choisir le meilleur contrat. En cette période de hausse, un maître-mot: comparer!

    Énergie: économisez 500 euros

    Avec la hausse des prix, c’est le moment de regarder son contrat de près. Et d’opter pour des formules moins chères.

  • Les «balades sauvages» permettent de découvrir et reconnaître les plantes comestibles.

    Ces plantes sauvages comestibles

    Les plantes sauvages sont souvent considérées comme de mauvaises herbes. Elles sont pourtant comestibles dans 9 cas sur 10 !

  • À la côte belge, des caméras intelligentes installées par Westtoer mesuraient l’affluence en pleine crise du Covid-19.

    Big Brother, même pendant son jogging

    Dans un parc de Louvain, des caméras scrutent les activités sportives des citoyens. Cette nouvelle initiative interpelle : jusqu’où va la surveillance des Belges ?