L’épouse de Pablo Escobar publie ses mémoires: «Je vivais avec un psychopathe»

belgaimage-134923496-full
Belgaimage.

Ce vendredi premier octobre, Maria Isabel Santos, la veuve de Pablo Escobar, était l’invitée exceptionnelle de Jean-Alphonse Richard dans «  L’heure du crime » sur RTL. Au cours d’une interview à cœur ouvert, elle s’est confiée sur ses 17 années de vie commune avec le célèbre narcotrafiquant. On y découvre un Pablo Escobar, étonnant, et assez attentionné avec ses proches.

« Pablo était un véritable séducteur, un très bon père. Il était près de ses enfants, racontait des histoires, mon fils adorait ça. Et avec moi, il était romantique, il m’offrait des fleurs, m’envoyait même des lettres d’amour », explique Maria Isabel Santos.

Elle a voulu le quitter

En revanche, le portrait qu’elle dresse de son mari en tant que responsable du cartel de Medellín fait froid dans le dos : « C’étaient deux personnes différentes dans le même corps, il y a le ’Pablo’ de la maison et le ’Pablo’ à l’extérieur, poursuit-elle. Véritable tueur, mais aussi mari infidèle. Il me disait qu’il n’abandonnerait pas sa maison et sa famille. » Elle décrit même son époux comme un « psychopathe ». La veuve a d’ailleurs confié avoir beaucoup souffert des nombreuses infidélités du trafiquant : « C’était une grande douleur pour moi, j’ai, à de nombreuses reprises, voulu le quitter ». Ce qu’elle n’a pas fait, convaincue à chaque fois par le discours apaisant d’Escobar.

Après la mort d’Escobar, abattu par une unité d’élite colombienne en 1993, Maria Victoria Henao a refait sa vie en Argentine sous une nouvelle identité : Maria Isabel Santos. Elle est de passage en France pour la publication de ses mémoires.

 
  • François Chladiuk (à gauche) en compagnie de Walter Littlemoon venu tout spécialement à Lyon pour l’inauguration de l’expo.

    François Chladiuk, l’ami des Sioux

    Ce Belge possède une exceptionnelle collection de pièces indiennes historiques, exposée actuellement dans un musée de Lyon.

  • La fashion victim porte des vêtements à la mode, même s’ils ne sont pas beaux, accumule souvent de manière compulsive des articles et peut aller au contraire de la saison.

    De la fashion victim au feutre

    Dans un livre aussi dense qu’une garde-robe qui déborde, Martine Magnin et Mathilde de Jamblinne nous parlent chiffons avec passion. Extraits.

  • Face aux témoignage, Éliane Deschamps a toujours nié les accusations d’emprise.

    La gouroue qui voyait la Vierge

    En France, Éliane Deschamps se retrouve devant la justice pour abus de faiblesse. Elle a martyrisé les adeptes du groupe « Amour et miséricorde ».