Eddy de Pretto révèle comment sa mère a voulu le dissuader d’être artiste: «Oublie la chanson» (vidéo)

belgaimage-177051114-full
BelgaImage

Ce mercredi 13 octobre, Eddy de Pretto était l’invité d’En Aparté, sur Canal+. Parmi les thèmes abordés, il y a celui de sa maman, dont il parle dans une de ses chansons, « Mamère ». Il confie par exemple qu’à la sortie de ce titre, « ça a été tout un processus d’expliquer à ma mère que justement il y avait du romancé, de l’écriture et que tout n’était pas copié au texte ». Mais ce n’est pas le seul blocage auquel Eddy de Pretto a dû faire face avec sa mère lorsqu’il était question de sa carrière artistique. Il explique ainsi qu’elle ne voulait pas qu’il fasse sa vie dans ce milieu-là, ce qu’elle lui a fait comprendre avec des mots très durs.

Comme il le raconte sur Canal+, l’ambiance familiale pouvait être assez austère chez lui. « On ne parle pas, on ne se fait pas de câlins, pas de bisous, c’est très froid. On avance, on doit être fort à l’école parce que la vie ne nous a jamais épargné », a-t-il confié sur ce climat particulier. Puis il y a les mots de sa mère quant à sa carrière artistique : « Et d’ailleurs tu n’arriveras jamais à changer de milieu. Tu resteras dans notre milieu. Oublie les scènes, oublie la chanson, ce n’est pas pour nous… ». « Mais moi, je pensais tout le contraire. Comment c’est possible que l’on puisse me dire des choses comme ça ? », se demande encore le chanteur. Sa mère a néanmoins l’a néanmoins inscrit à la MJC (maison de la jeunesse et de la culture) du quartier, ce qui lui a permis d’y passer beaucoup de temps... d’où sa carrière artistique. « Je ne sais pas si maintenant, elle s’en mord les doigts mais en tout cas, elle se dit ‘Ça lui a donné la mauvaise idée pour vouloir faire sa vie’ ».

 
  • La soprano russe Anna Netrebko dans le rôle de Lady Macbeth, ici à Saint-Pétersbourg.

    Verdi au service de Shakespeare

    Par sa densité, son propos, ses caractères, son ambiance prenante autant qu’étrange, « Macbeth » est un incontournable de l’art lyrique.

  • La rencontre inattendue entre un livreur (H. Jemili) et un médecin à bout (M. Blanc).

    Michel Blanc au mieux de sa forme

    Les vraies bonnes comédies françaises sont devenues assez rares, mais fort heureusement pas inexistantes.

  • L’acteur français Ibrahim Koma incarne le valet de Phileas Fogg.

    L’œuvre de Jules Verne réadaptée

    L’excellent acteur britannique David Tennant, mais aussi le Français Ibrahim Koma qui incarne le valet Passepartout accompagnant Phileas Fogg dans son périple audacieux