Il interrompt son interview à la télé pour aller vendre de la drogue (vidéo)

Capture d’écran 2021-10-18 091835
Capture d’écran / RTL-TVI

C’est une scène assez surréaliste qui s’est déroulée ce dimanche 17 octobre dans l’émission « C’est pas tous les jours dimanche » sur RTL-TVI.

Pour son traditionnel micro-trottoir, Christophe Deborsu s’est intéressé à la thématique des « contrôles de police intempestifs basés sur la couleur de peau. » Un sujet des plus sérieux. Pourtant, le premier interlocuteur auquel il a eu affaire a tenu un discours assez surprenant. Visage flouté, il a commencé par se plaindre des contrôles de police en rue. « Je suis contrôlé minimum quatre fois par jour », a-t-il confié.

« Je vends de la drogue »

« Qu’est-ce que vous faites de spécial pour ça ? » lui a alors demandé le présentateur. « Je traîne dans la rue, je fais ma journée », rétorque l’autre. Christophe Deborsu insiste : « Sans faire de délit ? » S’en suit un moment de silence gêné ou l’interviewé hésite, avant de lâcher : « De temps en temps, un petit quand même, faut bien manger. » Interrogé sur la nature de ces délits, il n’a pas hésité à avouer : « Je vends de la drogue. Quand j’ai de la drogue, c’est normal que je me fasse arrêter mais si je n’en ai pas, pourquoi je me fais contrôler ? Parce que j’ai l’air suspect ? »

Pour visionner l’extrait, cliquez sur lien ci-dessous :

https://www.tiktok.com/@colabrux/video/7020059765569047813

« J’ai un client à faire »

L’échange, toujours plus surréaliste s’est poursuivi, Christophe Deborsu lui demandant s’il « n’exagère pas sur la victimisation ». « Un peu, mais eux ils exagèrent quand même beaucoup les faits. » En pleine discussion, l’homme interrogé s’interrompt pour regarder son GSM et lâche : « On m’attend, je suis désolé, on vient de m’appeler deux fois. » « On ne vous appelle pas pour de la drogue ? », lance alors le présentateur. Réponse pleine de naturel : « Si, si, justement. J’ai un client à faire ! » Un moment surréaliste qui n’a pas particulièrement amusé Marc De Mesmaeker, commissaire général de la police fédérale, présent sur le plateau.