«Miss France» traité de «has been» par la ministre de l’Égalité, Élisabeth Moreno

BelgaImage
BelgaImage

Le plus vieux concours de beauté du monde nécessite-t-il un sérieux dépoussiérage ? C’est en tout cas ce qu’a l’air de penser la ministre française chargée de l’Égalité femmes-hommes. Lors d’un passage à la télévision, dans l’émission « Face aux territoires », Élisabeth Moreno s’est laissée aller au commentaire envers le concours.

« Je pense que Miss France fait partie de nos traditions, de notre culture. Ce qui m’interroge ce sont les règles, que je trouve complètement has been. Pourquoi une Miss France ne pourrait pas être une maman ? Pourquoi est-ce qu’une Miss France ne peut pas faire d’ironie ? Pourquoi est-ce qu’une candidate à Miss France qui pose les seins nus pour lutter contre le cancer du sein est exclue ? Pourquoi une Miss France ne pourrait pas être une maman ? Je trouve que les règles sont complètement has been et il est grand temps qu’elles changent » a donc annoncé jeudi soir la ministre.

Amandine Petit, élue Miss France 2021 a réagi à ces propos. « C’est dommage de catégoriser les gens qui regardent de ‘Has been’! » a-t-elle déclaré avant d’ajouter : « Si on n’a pas envie de regarder Miss France on a de très bons livres à lire ! J’ai œuvré auprès d’elle. Je suis étonnée. Je ne veux pas parler de la polémique, mais comme dans tout concours il y a des règles. Les tatouages, la taille font partie des règles. Si les candidates le font c’est qu’elles ont accepté » a-t-elle déclarée.

Des grands changements pour « Miss France »

Ces attaques contre le concours arrivent dans un contexte de grands changements pour l’émission. En effet, Alexia Laroche-Joubert est devenue la nouvelle présidente de la société Miss France la semaine passée. La productrice a très vite fait part de ses intentions pour le concours et notamment son envie de le reformer en profondeur. Alexia Laroche-Joubert souhaite que « Miss France » devienne un « grand feuilleton télévisuel » et assure que l’émission est bien féministe.

Le débat entourant actuellement « Miss France » découle de la requête déposée par l’association féministe « Osez le féminisme » dans le mois. L’association estime que le concours « Miss France » est une émission sexiste et qui fait régulièrement des entorses au code du travail. Alexia Laroche-Joubert avait d’ailleurs réagit : « C’est un concours, ce n’est pas régi par le droit du travail. En revanche, il y a un règlement du jeu. Ce n’est pas comme Koh-Lanta qui dure 40 jours. Cela n’a rien à voir. Il y a un statut pour ça, il y a des règlements du jeu ».

Ce n’est pas la première fois que le concours est épinglé. En 2019, le Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes (HCE) avait partagé quelques commentaires sur l’émission dans son « rapport annuel sur l’état des lieux du sexisme en France ». Le rapport qualifiait le concours « Miss France » de « caricature archaïque » et dénonçait les exigences de sélection notamment que les concurrentes devaient être célibataires, sans enfant et ne jamais avoir été mariées.

Le concours « Miss France » se tiendra cette année au Zénith de Caen le 11 décembre prochain.

 
  • La soprano russe Anna Netrebko dans le rôle de Lady Macbeth, ici à Saint-Pétersbourg.

    Verdi au service de Shakespeare

    Par sa densité, son propos, ses caractères, son ambiance prenante autant qu’étrange, « Macbeth » est un incontournable de l’art lyrique.

  • La rencontre inattendue entre un livreur (H. Jemili) et un médecin à bout (M. Blanc).

    Michel Blanc au mieux de sa forme

    Les vraies bonnes comédies françaises sont devenues assez rares, mais fort heureusement pas inexistantes.

  • L’acteur français Ibrahim Koma incarne le valet de Phileas Fogg.

    L’œuvre de Jules Verne réadaptée

    L’excellent acteur britannique David Tennant, mais aussi le Français Ibrahim Koma qui incarne le valet Passepartout accompagnant Phileas Fogg dans son périple audacieux