L’amour est dans le pré: l’une des prétendantes de Jean absente à la ferme

Jean, l’entrepreneur agricole liégeois, s’inquiète de l’absence de sa prétendante Marine.
Jean, l’entrepreneur agricole liégeois, s’inquiète de l’absence de sa prétendante Marine. - Capture d’écran RTL

RTL TVI diffusait dimanche soir le quatrième épisode de sa nouvelle saison de « L’amour est dans le pré ». Si l’heure était encore au speed dating pour certains agriculteurs, d’autres accueillaient déjà leurs trois prétendant(e)s à la ferme.

C’était notamment le cas de Jean, l’entrepreneur agricole très occupé. La semaine dernière, le Liégeois s’était déjà fait remarquer car il n’était pas présent lorsque ses deux premières prétendantes, Laura et Christine. Elles ont attendu deux heures avant de voir Jean… qui les a finalement envoyées faire des courses pendant qu’il terminait de moissonner.

Dans la suite de l’aventure, diffusée hier soir donc, Laura et Christine ont découvert la maison de Jean (sans lui) et ont été surprises de ne trouver que deux lits dans la chambre d’amis, alors que l’agriculteur doit accueillir trois prétendantes. Un détail qui les a fait douter sur la participation de Marine, la dernière femme choisie par Jean au speed dating.

Mais cette dernière a fini par arriver en fin de journée, et a directement expliqué à ses deux camarades qu’elle ne resterait pas longtemps, et ne dormirait pas sur place. Très prise par son boulot au moment du tournage, Marine, qui travaille dans le CPAS d’une commune touchée par les inondations, n’a pas pu dégager beaucoup de temps pour venir à la ferme.

Une situation qui a perturbé Jean. En cours d’épisode, l’entrepreneur lui a passé un coup de téléphone pour lui demander si elle comptait le rejoindre, mais la jeune femme lui a répondu qu’elle ne pourrait venir que le lendemain « sur le temps de midi ». « Ah ça, c’est con… », a réagi Jean, qui va devoir choisir, ce jour-là, les deux prétendantes qui poursuivront l’aventure. L’absence de Marine portera-t-elle préjudice à la jeune femme ?

 
  • Les traces de la «Belgique nazie»

    L’ombre de Hitler plane toujours sur la Belgique...

    Plus de 75 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, notre pays cache encore des histoires secrètes liées à l’occupation allemande.