Accueil Actu Soirmag

L’actrice Dorien Reynaert de «Familie» écrit une lettre ouverte enflammée à Alexander De Croo

L’actrice Dorien Reynaert reproche au Premier ministre sa politique laxiste à propos de la crise covid.

Temps de lecture: 2 min

L’actrice anversoise de « Familie » et de « La police de quartier » reproche au Premier ministre d’avoir fait preuve de laxisme face à la crise Covid. Dans une lettre ouverte postée sur Facebook, elle exprime toute sa frustration face à la gestion de la crise sanitaire par le gouvernement. Elle reproche notamment au Premier ministre de ne pas avoir fait son travail. « Pour éviter cette surcharge de soins, vous auriez dû simplement faire votre travail » écrit-elle.

L’actrice explique avoir hésité longtemps avant d’écrire cette lettre. Ce sont finalement les dernières évolutions de la crise qui l’ont décidé à publier cette lettre. Dorien Reynaert explique l’avoir écrite dans un premier temps pour son mari et elle-même : « Je tire une sonnette d’alarme très fort en premier lieu pour mon mari, pour moi-même et par extension pour tous ceux qui travaillent dans le secteur de l’événementiel, de la vie nocturne et de l’hôtellerie ».

« Le stress, la dépression et les soucis financiers »

L’actrice et son mari ont ouvert en 2020, une agence d’événementielle. Elle ajoute que le bonheur de cette entreprise et le fait qu’ils soient devenus parents a été « été éclipsé par le stress, la dépression et les soucis financiers ». L’actrice dénonce les promesses vides et l’abandon que subissent ceux qui « travaillent pour divertir les gens ». « Parce qu’ici, je suis assise derrière mon écran d’ordinateur, encore une fois avec un agenda terriblement vide pour les mois à venir et avec un homme qui ne peut pas agir par pure misère. Parce que c’est la misère, monsieur De Croo » ajoute-t-elle dans sa lettre.

Dorien Reynaert estime que le gouvernement aurait dû agir différemment : « À savoir évaluer cette situation à l’avance et prendre des mesures préventives. Comment ? Depuis un an et demi (!) vous avez eu le temps de fournir plus de lits et d’équipements, de transformer des bâtiments vides en hôpitaux éphémères, de former des chômeurs pour aider/décharger le personnel soignant… maintenant nous avions plus de marge et nous n’avions plus à arrêter de travailler et à payer pour votre laxisme (…) Vous n’avez pris aucune mesure préventive, vous avez juste attendu et il est ensuite très facile de rejeter la responsabilité sur le citoyen et le travailleur, de pointer du doigt et de menacer d’amendes et de sanctions exorbitantes. Comme si nous (restauration et événements) n’avions pas déjà payé assez de notre poche pour investir dans la sécurité, l’air pur, les scanners de billets sécurisés et le personnel supplémentaire » conclut-elle.

 
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une