Accueil Actu Soirmag

Pénurie… de sous-vêtements dans l’armée norvégienne

Il y a trop peu de sous-vêtements en stock, alors l’armée doit s’adapter.

Temps de lecture: 2 min

Les conscrits norvégiens devront désormais restituer à l’issue de leur service militaire leurs slips, soutiens-gorge et chaussettes au profit de leurs successeurs, l’armée norvégienne connaissant des problèmes de stocks, a rapporté la chaîne publique NRK vendredi.

Il était jusqu’à récemment d’usage de laisser les conscrits démobilisés repartir de leur garnison avec les sous-vêtements qui leur avaient été remis pendant leur service sous les drapeaux.

Mais la pandémie de Covid-19 a sérieusement compliqué les flux d’approvisionnement, conduisant l’armée norvégienne l’an dernier à inviter les appelés à rétrocéder les effets les plus intimes de leur paquetage.

«  Maintenant que nous avons choisi de réutiliser cette partie du paquetage, cela nous aide à avoir plus de volume en circulation et à augmenter la capacité de livraison de l’équipement. Nous en avons trop peu en stock », a expliqué le porte-parole du service logistique de l’armée, Hans Meisingset, à NRK. «  Le linge est lavé, nettoyé et contrôlé. Ce que nous distribuons est en bon état », a-t-il affirmé.

Un représentant des conscrits a cependant critiqué des défaillances récurrentes susceptibles d’affecter les capacités opérationnelles. «  De graves pénuries d’équipements et d’habillement peuvent potentiellement nuire à la disponibilité opérationnelle et, dans le pire des cas, à la sécurité du soldat », a réagi Eirik Sjøhelle Eiksund auprès de la publication spécialisée Forsvarets Forum.

Gardant les frontières septentrionales de l’Otan face à la Russie voisine, la Norvège maintient un service militaire unisexe et convoque chaque année environ 8.000 garçons et filles sous les drapeaux, soit une fraction seulement de cette tranche d’âge.

Sur le même sujet

Aussi en Société

Le salaire des candidates de Miss France divise

Plusieurs candidates de Miss France ont révélé ce que la production leur avait versé comme salaire. Famélique pour certains, suffisant pour d’autres voir déjà trop. Les avis divergent.

Voir plus d'articles

À la Une