Accueil Actu Soirmag

Les comportements violents des conducteurs belges sont en augmentation

Le rapport annuel de Vias sur l’agressivité et les comportements irritants dans la circulation vient de sortir et les résultats ne sont pas reluisants.

Temps de lecture: 2 min

Le constat est là : la violence physique est en forte augmentation chez les automobilistes belges. Depuis 2017, L’Institut Vias rend un rapport annuel sur les comportements observés sur la route et leur évolution. Sur ces cinq dernières années, les Belges ne cessent de s’emporter au volant. En cause principalement, l’utilisation du téléphone au volant, les centristes sur l’autoroute et l’oubli des clignotants sont les principales sources de conflit.

Les premiers chiffres sont interpellants puisque 54 % des Belges se disent avoir été victimes d’agressivités dans la circulation (ce qui représente une baisse de 3 points par rapport à 2017). La moyenne nationale des violences physiques subies est passée de 2 à 7 %. Un autre point que soulève Vias, c’est que les conducteurs agressifs sont davantage sujets à avoir des accidents de la circulation sur les trois dernières années à hauteur de 61 % contre 39 % pour les conducteurs plus tranquilles.

GSM au volant et clignotants

Les principales causes d’agressivités font suite à des comportements irritants sur la route. Trois grands griefs sont à retenir, notamment les conducteurs qui ont tendance à rester sur la bande centrale sur l’autoroute plutôt que de se rabattre sur la bande de droite. Environs 25 % des Belges pointent cette tendance avec quelques différences selon les régions. Les Wallons s’en plaignent à hauteur de 28 % contre 25 % des Flamands et 17 % des Bruxellois.

Le téléphone arrive en seconde position et constitue 15 % des comportements irritants. Arrive ensuite le fait de rouler trop vite (14 %), et de « talonner les autres conducteurs » (9 %) en Wallonie. En Flandre, le classement est un peu différent, puisque c’est le fait de suivre de trop près les autres conducteurs qui arrive en seconde position (17 %) et ne pas utiliser ses clignotants est en troisième position (14 %).

L’Agence Wallonne de Sécurité Routière vient compléter ces chiffres en rapportant que 11 % des Wallons auraient déjà freiné brutalement quand ils étaient suivis de trop près par un autre conducteur. Enfin 14 % d’entre eux reconnaissent accélérer quand ils se font dépasser, 12 % admettent aussi faire des queues de poisson. Enfin pour clôturer le classement des mauvais comportements sur la route près d’un tiers des conducteurs wallons a admis accélérer pour passer au feu avant qu’il ne soit rouge.

Notre sélection vidéo
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

À la Une