Accueil Actu Soirmag

Jean Castex répond à la polémique sur son vol en jet pour aller voter

Les internautes ont vite relevé que ce genre de vol avait consommé l’équivalent de 6 mois de consommation de CO2 pour un Français et avait coûté 10.000 euros pour faire l’aller-retour entre Paris et Parpignan.

Temps de lecture: 2 min

Jean Castex se défend d’avoir abusé de son avion affrété ce week-end. Le Premier ministre français a décidé dimanche 10 avril, de prendre un jet pour faire le trajet Paris-Perpignan afin d’aller voter en personne à Prades dans les Pyrénées-Orientales dont il a été maire de 2008 à 2020. Un choix qui lui a été reproché puisqu’il a mobilisé un avion pour être resté seulement deux heures sur place et a engendré une consommation de CO2 importante et coûteuse.

Le Premier ministre s’est expliqué ce matin dans la matinale de RTL. Devant le micro d’Alba Ventura, il a dû s’expliquer. « J’ai utilisé les règles habituelles qui s’appliquent au Premier ministre. J’entends dire que j’ai affrété un jet privé, etc. J’ai pris l’avion de l’État. Le Premier ministre il faut qu’il soit à Paris très vite s’il y a le moindre problème, voilà. Alors je comprends qu’on veuille faire… la période est aux polémiques, n’est-ce pas ? » expliquait-il.

Une réponse qui ne devrait pas soulager les critiques. D’autant plus que Jean Castex a déjà été épinglé par Libération et Médiapart pour son goût prononcé à faire usage de l’avion de l’État pour faire des trajets tout à fait accessibles en train ou en voiture. À l’époque des premières polémiques, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal avait répondu que ces trajets n’étaient qu’une « poignée de déplacements sur les 315 que le Premier ministre a réalisés depuis son arrivée à Matignon ».

Rejoignez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l’actu people, royale et société.

Notre sélection vidéo
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

À la Une