Accueil Actu Télé

Michel Drucker fait ses adieux à France 2 avant son transfert: «Je vais passer sur une chaîne qui me ressemble» (vidéo)

Michel Drucker a fait ses adieux à la chaîne après 36 ans sur ses antennes. L’animateur passera sur France 3 à la rentrée.

Temps de lecture: 2 min

Le pedigree de Michel Drucker sur France 2 est long et rempli de rencontre. Après 36 ans sur la chaîne, il s’apprête à déménager pour aller sur France 3. L’émission hebdomadaire « Vivement dimanche », qu’il anime depuis 1998, changera elle aussi de chaîne.

Pour le dernier numéro sur France 2, l’animateur a salué ses téléspectateurs. Il avait face à lui l’humoriste Mathieu Madénian qui lui lance : « C’est surtout votre dernière sur France 2, c’est génial. Et vous continuer sur France 3 derrière, ça ne va jamais s’arrêter. Le canapé, on l’a changé combien de fois ? Vous, on ne vous a jamais changé ». Michel Drucker répond : « France 3, et après ce sera France 4 puis France 5 ». Finalement, en fin d’émission, l’animateur lance sobrement : « Merci à tous et à la rentrée ».

Tourné vers la province

Michel Drucker est plutôt soulagé de ce changement de chaîne. Dans une interview pour Le Parisien, il avait avoué se sentir plus proche de l’état d’esprit de France 3 que de celui de France 2. « Quand Stéphane Sitbon-Gomez me l’a proposé, j’ai trouvé ça formidable. Je déménage. France 3 fait partie de mon ADN. J’en serai la nouvelle incarnation avec Cyril Féraud. Pour moi, c’est passer sur une chaîne qui me ressemble. Je suis un enfant de la Basse-Normandie, accueilli en Provence. Je me suis toujours senti plus provincial que parisien », avait-il déclaré.

Ce déménagement impliquera quelques transformations. L’émission sera diffusée entre 13h30 et 15h et sera donc plus tournée vers « la province ». L’émission fera à part belle à l’humour et Michel Drucker a déjà quelque chose en tête. « On rendra hommage à ceux qui sont dans le cœur des Français, notamment avec une spéciale Bourvil présentée par ses enfants. Quand j’étais à l’hôpital, j’ai vu disparaître tellement de grands. Je suis l’un des derniers à avoir connu Gabin, Annie Cordy, de Funès. Je ne veux pas qu’on les oublie. J’espère que les téléspectateurs vont me suivre », a-t-il lancé.

Notre sélection vidéo
Sur le même sujet

Aussi en Télé

Voir plus d'articles

À la Une