Accueil Jacques Pradel raconte

L’affaire Soleilland (1/2)

Un crime crapuleux va faire trembler la France de peur et gripper le fonctionnement de sa démocratie.

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 7 min

Le 31 janvier 1907, une fillette de 11 ans disparaît mystérieusement à Paris. On retrouvera son corps dans une consigne de la gare de l’Est. Elle a été violée, étranglée et poignardée. L’auteur du crime est un homme au-dessus de tout soupçon : un ami des parents ! Il s’appelle Albert Soleilland. L’affaire provoque une énorme campagne de presse qui s’amplifie lorsque l’assassin, condamné à mort, est gracié par le Président de la République de l’époque, Armand Fallières, qui s’apprêtait à abolir la peine de mort, avec l’accord des deux assemblées ! Une majorité de parlementaires était acquise à l’abolition. Le projet semble donc en passe de l’emporter, lorsque survient l’affaire Soleilland.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Aussi en Jacques Pradel raconte

La bande à Bonnot

Ce sont les « pionniers » du grand banditisme, des braqueurs dont l’odyssée sanglante a bouleversé la France.

Voir plus d'articles

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs