Louis et Tessy de Luxembourg: c’est la guerre!

DR
DR

Ils se sont aimés comme des adolescents. Ils divorcent et se disputent le magot comme des adultes! Ce mercredi 17 octobre s’est tenue devant la Haute Cour de Justice de Londres l’audience d’une affaire de divorce peu banale, celui de Madame Tessy Antony et de… Son Altesse Royale le prince Louis de Nassau, troisième fils du grand-duc Henri de Luxembourg, tous deux âgés de 32 ans. Le couple, qui vivait à Londres avec ses deux enfants, Gabriel (12 ans) et Noah (10 ans), a annoncé sa séparation à l’été 2016, après dix ans de mariage. Après une procédure express – Tessy invoquant un comportement irresponsable de son époux–, un jugement provisoire de divorce a été prononcé en février 2017. On pouvait donc croire cette affaire réglée. Mais il n’en était rien. Tessy, qui a conservé son prédicat d’altesse royale et son titre de princesse, n’est pas satisfaite des aspects financiers de la procédure. Aussi, elle a choisi d’affronter son ex-époux devant les tribunaux. Elle s’est présentée en personne à l’audience et a assuré elle-même sa plaidoirie, face à l’équipe d’avocats dépêchée par le prince Louis (absent) et dirigée par un ténor du barreau, Maître James Ewins. Pendant près d’une heure, Tessy Antony a défendu sa cause devant le juge au prénom prédestiné, M. Justice McDonald! Ce même juge devra, au cours d’une prochaine audience, statuer sur la division des biens mobiliers et immobiliers du couple. Un étalage sur la voie publique dont la famille grand-ducale luxembourgeoise se serait bien passée, elle qui est toujours discrète sur les aspects de la vie privée. Mais Tessy n’entend plus se laisser dicter sa conduite. La jeune femme que l’on dit dotée d’une vive intelligence, a défendu son cas en anglais, elle qui maîtrise à la perfection le français et l’allemand en plus de son luxembourgeois natal. Tessy a aussi pris le parti de communiquer sur sa situation. Ainsi, dans un long post sur son compte Instagram, a-t-elle confié que l’échec et la dissolution pour le moins houleuse de son mariage avaient été une épreuve difficile, tout autant que la fausse couche qu’elle a endurée alors qu’elle était enceinte pour la troisième fois: «Comme tout le monde, j’ai rencontré et je rencontre encore des situations difficiles. C’est la vie et, aussi bizarre que cela puisse paraître, c’est nécessaire pour grandir en tant que personne, acquérir de la résilience et apprendre, quelle que soit la leçon. Pour ce qui me concerne, bien sûr que mon divorce a clairement été l’une des situations les plus difficiles que j’aie jamais affrontées. J’ai ressenti les mêmes sentiments et les mêmes émotions lorsque j’ai fait une fausse couche alors que j’attendais mon troisième enfant. J’ai pleuré pendant des années à cause de ces deux situations. Et pourtant, j’ai toujours puisé de la force dans mes deux garçons en parfaite santé et heureux, qui comptent plus que tout pour moi. Mon état d’esprit a toujours été et sera toujours très clair: je me concentre sur ce qu’il y a de positif autour de moi, en particulier mes deux fils, et je continue à avancer, aussi dur que ce puisse être.»

Elle lui a tapé dans l’œil à un examen de la vue!

Et pourtant, cette histoire avait commencé comme un joli conte de fées sur fond de scandale: un jeune prince charmant avait trouvé sa Cendrillon et foulait aux pieds toutes les conventions! Fille d’un couvreur, Tessy Antony a grandi à Pétange, localité du «pays des trois frontières», cette région de l’extrême sud du Luxembourg. En 2003, à l’âge de 16 ans, elle s’engage dans l’armée luxembourgeoise. De retour d’une mission au Kosovo, elle est affectée à la caserne du Herrenberg, à Diekirch. C’est là qu’elle rencontre son futur grand amour… en lui faisant passer le test de la vue. Son prince charmant s’appelle Louis de Luxembourg. Il est le troisième enfant du grand-duc Henri et de la grande-duchesse Maria Teresa de Luxembourg et est venu s’entraîner à la caserne afin de passer le permis de conduire qu’il entend décrocher pour ses 18 ans. Mais il n’a désormais plus d’yeux que pour le caporal Antony! Tessy est rapidement enceinte. L’annonce tombe comme un couperet dans la famille grand-ducale. Dans un pays aussi conservateur que le Luxembourg, que la jeune Tessy soit une roturière ne pose pas problème, la grande-duchesse Maria Teresa l’était aussi. Mais que le prince âgé de 19 ans soit papa sans même s’être marié, cela fait scandale. Le jeune couple s’installe en Suisse et donne naissance à Gabriel le 12 mars 2006. Ses parents se marient six mois plus tard. Louis et Tessy ont 20 ans et plein de projets. Mais loin du Luxembourg et de l’ordre de succession au Trône auquel Louis choisit de renoncer, son fils Gabriel ne pouvant de toute façon y avoir accès, étant né hors des liens d’un mariage. Il conserve toutefois son titre de prince et son prédicat d’altesse royale. Tessy et Gabriel porteront le nom de Nassau, le nom d’origine de la famille grand-ducale. La famille s’agrandit un an plus tard avec la naissance de Noah. Pour prouver que la pilule a fini par passer, le grand-duc et la grande-duchesse attribuent à Tessy, le jour de la fête nationale, le 23 juin 2009, le titre de princesse de Luxembourg et le prédicat d’altesse royale. Toutefois, la petite famille ne revient pas au Luxembourg, si ce n’est pour assister aux fêtes de famille et événements incontournables du Grand-Duché. Louis et Tessy vivent pendant deux ans aux États-Unis, où Louis passe sa licence de pilote privé et Tessy étudie à l’université dans le médical. Puis le couple s’installe à Londres. Louis y étudie la communication et la psychosociologie. Tessy décroche quant à elle un diplôme en relations internationales, avec une spécialisation sur le terrorisme et les armes biochimiques. Elle travaille pour une agence privée de sécurité et de renseignement britannique fondée par un proche du prince William. Ce qui semble démontrer qu’elle possède toute la détermination requise pour arriver à ses fins…

 
  • Les montages financiers des royaux européens

    Plongé jusqu’au cou dans l’affaire Epstein, le prince Andrew a déclenché une nouvelle polémique en Angleterre en créant une très discrète société privée pour assurer la gestion de ses avoirs.

    Familles royales ou grandes familles de la noblesse ou de la haute bourgeoise, elles sont nombreuses à utiliser des constructions juridiques, comme des fondations, pour transmettre et perpétuer leur patrimoine.

  • GELUCK_belgaimage-174625282-full

    Geluck face à ses détracteurs

    Les détracteurs du projet de musée de Philippe Geluck sortent les griffes.

  • Le complexe des serres se découvre de plus loin cette année grâce à une belle promenade dans le parc privé du château.

    Parcours inédit dans les Serres de Laeken

    En raison du corona, une partie du complexe est inaccessible, mais, en échange, les visiteurs peuvent faire une longue promenade dans le parc du château royal ! À découvrir dès le 13 mai.

  • Le fisc peut s’emparer de 80% de la valeur d’un héritage à destination d’un ami ou d’un neveu. Le legs en duo est une solution à envisager à l’heure d’anticiper sa succession.

    Héritage, les règles ont changé

    Pour alléger les droits de succession, il est souvent intéressant d’inclure une association dans ses héritiers. Attention, les règles ont changé ! Explications.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern