Incendie Notre-Dame de Paris: comment faire un don sans se faire arnaquer?

Belgaimage
Belgaimage

L’incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris ce lundi 15 avril a provoqué une importante mobilisation et un élan de solidarité sans précédent. Tout le monde veut apporter sa contribution, en fonction de ses moyens, pour aider à la reconstruction de la cathédrale.

Après qu’Emmanuel Macron ait confirmé qu’une souscription nationale allait être lancée, Anne Hidalgo, la maire de la Ville a annoncé une contribution de 50 millions d’euros pour la restauration. « Je vais proposer au président de la République que nous organisions tous ensemble, dans les prochaines semaines, une grande conférence internationale des donateurs, qui pourra se tenir à l’Hôtel de Ville  », a ajouté la maire socialiste. Cette conférence réunira donc « des mécènes du monde entier afin de lever les fonds nécessaires à la restauration ». La présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse a informé du déblocage de 10 millions d’euros d’«  aide d’urgence pour aider l’archevêché à faire les premiers travaux  ».

Collectes officielles

À côté de ces aides, les dons de mécènes et de particuliers affluent également. De nombreuses cagnottes issues d’initiatives individuelles ont vu le jour mais gare aux arnaques. Si les plateformes assurent contrôler les motivations des personnes derrière ces collectes, le risque est toujours présent. Pour éviter les risques, mieux vaut se tourner vers des collectes officielles telles que celles lancées par la Fondation du patrimoine ou la French Heritage Society, organisation basée à New York qui se consacre à la préservation des trésors architecturaux et culturels français.

Jean-Jacques Aillagon, ancien ministre de la Culture, a quant à lui suggéré que l’État permette que les dons qui seront versés bénéficient d’une réduction d’impôt de 90 %.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern